Dans l’exercice de ses fonctions : Le Directeur général du port de plaisance de Bizerte agressé lâchement par des malfaiteurs





La ville de Bizerte est toujours sous le choc. En effet, ce qui s’est produit samedi dernier constitue un fait très grave. Justement par-delà la personne agressée, ce sont le bénévolat, l’action associative et l’image de toute une ville qui sont les victimes de cette lâche agression...


Tunis - Le Quotidien
Pour ceux qui ne connaissent pas le port de plaisance de Bizerte c’est l’un des plus anciens points d’attache pour les plaisanciers de la Méditerranée.
Le port existe, en effet, depuis l’époque coloniale et a fait depuis quelques années, peau neuve au point de devenir une plaque tournante du tourisme dans le Nord du pays.
Malheureusement, l’endroit a été samedi dernier le théâtre d’un véritable drame dont la victime est le Directeur général de la société d’animation et de gestion du port de plaisance de Bizerte.
Une agression gratuite et lâche commise par des énergumènes qui se considèrent au-dessus de la loi.
En effet, aux alentours de dix-neuf heures, le Directeur général a été alerté par l’un des gardiens du port que sur le quai à bord d’un bateau de pêche un groupe d’individus organisait une beuverie portant ainsi atteinte aux lois qui régissent “la vie” à l’intérieur du port. Pis encore, le bateau en question n’était pas autorisé à circuler dans un port de plaisance conformément aux lois en vigueur organisant la navigation dans ce genre de port classé de plaisance.
Il était donc tout à fait normal que le premier responsable du port intervienne pour vérifier les papiers du bateau qui ne disposait pas ainsi d’un laisser-passer permettant à son équipage d’être présent dans un tel espace.
Coup de théâtre, les énergumènes en état d’ébriété avancée n’ont pas hésité à s’en prendre au directeur général. C’est comme s’il s’agissait d’un règlement de compte, sinon comment expliquer ce qui va se produire.
En effet, après l’avoir jeté à l’eau les agresseurs ont tout fait pour l'empêcher de s’accrocher à une corde et éviter la noyade. Il dut son salut au gardien du port qui a risqué sa vie pour le sauver.
Et comme cela ne leur a pas suffi, cette bande de soûlards s’est déchaînée assénant coups de pieds et de poing dans une scène d’hystérie et de violence barbare.
La victime s’en sortira, avec des bosses au niveau de la tête, une grave blessure à l’œil et une entorse qui a nécessité le port d’un plâtre. Les médecins lui ont prescrit un repos de douze jours.
Une plainte a été déposée donnant lieu à l’ouverture d’une enquête qui devrait tirer au clair les dessous de cette affaire.
Par ailleurs et vu la gravité de cet incident les autorités régionales ont été saisies. Car il est inadmissible que l’on porte atteinte à la vie d’un responsable dans l’exercice de ses fonctions.

Habib M
ISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com