Investissement et «visibilité»





Compétition, commerce de services, e-commerce, technologies de l’information et de la communication. Quatre domaines mis en perspective par M. Mondher Zenaïdi, ministre du Commerce et de l’Artisanat, dans son court discours à l'adresse du DG de la CNUCED, lors de la signature de l’accord cadre sur la création, en Tunisie, d’un Centre virtuel de formation dans le droit et la politique de concurrence de stature régionale.
Quatre domaines qui se trouvent aujourd’hui parmi les plus grandes priorités de notre pays. Et un signe sans ambiguïté à l’adresse des investisseurs, aussi bien Tunisiens qu’étrangers. C’est également un signe qui ne trompe pas quant à la visibilité extraordinaire qui est, depuis quelques années, l’attribut de notre économie.
Nous nous rappelons, il y a de cela plusieurs années, que l’un des commentateurs de l’économie tunisienne regrettait le fait que si quelqu’un venait avec une enveloppe de 200 milliards pour les investir, il ne trouverait pas les opportunités convenables.
Aujourd’hui, cette période stérile est révolue et les investisseurs ont, à leur disposition, tellement de perspectives que la capacité d’absorption de notre marché est en mesure de répondre à beaucoup plus que ces 200 milliards pris comme repère par ce commentateur.
Pour ne prendre que les quatre domaines cités par M. Zenaïdi, les investisseurs peuvent tabler, pour le moins, sur plusieurs milliers de milliards, voire plus.

Manoubi AKROUT

manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com