Arts plastiques : Quand le privé s’en mêle





Le coup d’envoi a été donné hier au Club Culturel Tahar Haddad, pour le lancement d’une nouvelle campagne inédite. Il s’agit de créer une activité artistique pour les étudiants des Beaux-Arts et surtout de la placer dans la continuité.
Pour marquer la manifestation une conférence de presse tenue au Club Tahar Haddad a jeté la lumière sur les différentes étapes de cette action créée par une entreprise citoyenne qui cherche à développer les compétences et les talents en Tunisie.
Il s’agissait d’amener un groupe d’étudiants des Beaux-Arts à créer dans l’instantané des œuvres d’art en seulement trois jours, et ce, du 26 au 28 février.
Deux ateliers d’arts plastiques ont été organisés à cet effet, à l’Ecole des Beaux-Arts, gérés et animés par un ensemble d’enseignants et encadreurs (plasticiens et sculpteurs).
Le résultat de ce travail de longue haleine a élu domicile du côté du club. Au gré de leurs inspirations les jeunes ont donné libre cours à leur imagination pour créer des œuvres de peinture monumentales.
Amira Hammami qui a dirigé ce premier atelier s’en enorgueillit: «Ce n’était pas évident au début. Chaque étudiant a disposé d’une toile de 3 mètres sur 2. Six œuvres dans l’ensemble ont été créées par ces jeunes qui se sont défoulés sur leurs palettes. On a travaillé sur le gestuel en créant un contraste entre la géométrisation de l’espace et l’acte créatif lyrique. Le contraste au niveau des couleurs exprime la vivacité et la joie de vivre».
L’œuvre sculpturale, fort originale était une installation où les jeunes ont procédé à la récupération d’instruments de musique défectueux fournis par la municipalité de Tunis. Ici violon, violoncelle et tambour ayant longtemps séjourné dans les dépôts de la municipalité ont été exhumés.
Sortis de la léthargie, ces instruments revus au goût du jour «constituent la preuve que dans chaque jeune, dort un artiste. Il faut tout juste gratter», nous dit madame Fakhfakh, responsable de la culture à la mairie de Tunis.
Mieux encore, Hédi Mouihbi le directeur du Club Tahar Haddad promet d’aménager le jardin du club pour les étudiants des Beaux-Arts qui s’en serviront comme atelier de création artistique.
Cerise sur le gâteau, ces jeunes ayant participé à cette manifestation ont eu droit à un cadeau symbolique distribué par Coca Cola. Trois autres prix de 1000 dinars chacun ont été décernés aux artistes de l’Union des artistes plasticiens.
En présence de Mongi Maâtoug, le président de l’UAPT, Sonia Aroui la responsable de Coca Cola a offert ces prix pour des œuvres de peinture, de photo et de sculpture, respectivement à Imène Souissi, à Wadii M’hiri et à Mehrez Ellouze.

Mona BEN GAMRA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com