Conseil national du Mouvement «Ettajdid» : La fixation de la date du congrès à l’ordre du jour





Tunis - Le Quotidien
Le Mouvement Ettajdid tiendra demain son conseil national. La fixation de la date du 2ème congrès du parti sera, à cette occasion, au centre des débats. Selon un membre du Bureau politique, les assises nationales du parti de M. Mohamed Harmel auront lieu le 25 juillet 2007. Cette date est très symbolique. Elle marque le cinquantième anniversaire de la proclamation de la République.
D’autre part, le Conseil national devrait désigner les représentants de cette formation de gauche au sein de la commission de préparation du congrès. Des militants indépendants issus de la gauche feront également partie de cette commission qui se composera de 40 membres. Une fois la commission constituée, un comité exécutif mixte sera mis en place pour assurer le suivi des travaux préparatoires.


Partenariat politique
Le congrès scellera un partenariat d’un genre nouveau entre les militants indépendants et les tajdidis. «L’objectif est de constituer un parti élargi, ouvert, progressiste et démocratique. C’est un partenariat inédit entre des tendances refusant l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques», explique Mohamed Harmel, secrétaire général du Mouvement Ettajdid. Et de renchérir: «La constitution d’un parti démocratique et progressiste est actuellement une ardente nécessité. C’est pourquoi il faudrait savoir gérer les divergences pour atteindre l’unité dans la diversité». Même son de cloche chez l’universitaire Sana Ben Achour, figure marquante de la sensibilité indépendante. «Cette nouvelle tentative unitaire vise à mettre en place un cadre politique qui rassemble l’opposition démocratique et progressiste», a-t-elle fait remarquer au cours d’une conférence tenue le 17 février.
Le rapprochement, entre ces tendances qui se veulent les gardiennes du temple du projet moderniste tunisien contre les dangers que représente la résurgence des projets passéistes, remonte, en réalité, à octobre 2004. Une alliance s’est en effet tissée entre Ettajdid, deux groupuscules de gauche et quelques centaines de personnalités indépendantes: l’initiative démocratique. Après avoir réussi le pari de présenter un candidat unique à la présidentielle, ses principaux artisans s’efforcent aujourd’hui de se débarrasser de l’aspect circonstanciel pour concrétiser un vieux rêve de la gauche tunisienne, à savoir l’unité.


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com