Vieillissement et régimes de retraite : Quelle solution pour les caisses sociales ?





Tunis-Le Quotidien
Récemment organisée par l’Office National de la Famille et de la Population (ONFP), la table ronde des cercles de l’Office s’est penchée sur les enjeux et défis du vieillissement et des régimes de retraite.
D’emblée, Jean-Marc Dupuis, le professeur émérite de l’Université de Caen en France, précise que le vieillissement est un état physique. Et que l’âge en termes  d’années relève plutôt du conventionnel.
En France, par exemple, le terme «vieux» est attribué aux personnes âgées de plus de 65 ans. Sont  vieilles en Hollande, les personnes âgées de plus de 75 ans. A ce sujet, Jean-Marc Dupuis souligne que dans une cinquantaine d’années, une personne sur deux en France sera centenaire.
S’agissant de la Tunisie, l’espérance de vie a atteint 73 ans. En contrepartie, il semble que l’évolution des mœurs, économique, sociale et scientifique ont contribué à la baisse du taux de natalité. Et ce, à l’échelle internationale. Face à ce vieillissement qui gagne du terrain partout dans le monde, le nombre des personnes âgées inactives est nettement plus  important que celui de la jeune population active.
Certes, ce n’est pas encore le cas de la Tunisie. Mais on y viendra inévitablement. En effet, les personnes actives représentent 67% de la population tunisienne. En 2030, ce taux ne dépassera pas 32%.
Ce qui pose un vrai problème de régime des retraites. Dans les pays développés comme la France, le financement de ces régimes est assuré par la formule de répartition selon laquelle des cotisations sont versées aux caisses sociales. Néanmoins, le déséquilibre incontournable entre les personnes inactives et actives aura un impact sur les caisses. La question qui s’impose d’elle-même, comment les caisses sociales tunisiennes se sont-elles préparées à cette importante échéance ?

M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com