La banque et le client-roi





M. Taoufik Baccar, le gouverneur de la Banque Centrale, l’a dit en toute clarté: «La qualité est l’un des déterminants essentiels de la modernisation du secteur bancaire». Car, selon lui, les amendements que consacre la nouvelle génération de réformes en 2006 scellent définitivement les principes fondamentaux de qualité des services bancaires et balisent les contours d’une nouvelle relation entre les établissements de crédit et leur clientèle; relation fondée sur la transparence et le partenariat.
Le message, c’est que plus aucune banque tunisienne ne peut s’offrir le luxe de perdre le moindre client pour cause de mécontentement. Chose qui ne semblait faire ni chaud ni froid à beaucoup de nos banquiers avant que l’ouverture ne soit réelle et même après pour certains.
Il faut écouter les doléances incessantes à propos de ce qui pourrait paraître bénin pour les banquiers, mais qui est très important pour monsieur-tout-le monde: le niveau des agios, la difficulté de trouver un DAB qui fonctionne, le coût exorbitant des crédits à moyen et long terme… Bien sûr, les banquiers peuvent se sentir tranquilles parce que la concurrence étrangère qui est en train de venir fait payer la même chose à leurs clients. Mais, attention, si l’un des nouveaux arrivants parvient à faire payer moins aux usagers, tout le monde basculera. Ajoutez à cela que pour le commun des banques étrangères, la notion de service est poussée jusqu’à la… séduction! Et c’est certainement sur ce terrain du client-roi que se dérouleront les plus grandes batailles.

Manoubi AKROUT
manoubi.akrout@planet.tn


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com