E.S.T. : Les fruits de la patience





L’EST a construit vendredi patiemment son succès sur Zanaco en Ligue des champions et pourra ainsi aborder la seconde manche avec de grandes chances de qualification aux huitièmes de finale.


Deux à zéro. Ce n’est pas énorme mais ce n’est pas étriqué non plus. Le représentant tunisien en Ligue des Champions a réussi vendredi à passer deux buts sans en encaisser à son robuste adversaire zambien, Zanaco. Le résultat est bon en prévision d’une seconde manche qui s’annonce difficile. Bien sûr, l’Espérance aurait pu faire beaucoup mieux si les occasions créées tout au long du match par les Aboucherouane, Lachkhem, Mahjoubi, Jaber et autres Hammi et Kasdaoui étaient transformées en buts. Mais pourquoi faire la fine bouche ? Vu la valeur de l’adversaire, l’état actuel du recordman des participations tunisiennes en Coupes africaines, l’absence de Chaâbani, Berrabat, Eneramo et Letifi pour différentes raisons, on peut avancer sans risque de se tromper que le résultat obtenu est satisfaisant. L’Espérance a construit son succès patiemment, sans tomber dans le piège de la précipitation et la défense n’a pas cette fois-ci encaissé de but contrairement aux dernières sorties.
Et puis, le retour de Lachkhem dans la formation rentrante a été gagnant et l’axe central composé de Jaber (diminué par une blessure au nez) et Ben Younès n’a pas commis d’erreurs notables.
On a vu aussi les attaquants prendre part à la récupération dès que la balle est perdue. Autant de satisfactions qui permettent aux Sang et Or d’entrevoir la suite avec optimisme. Après le coup de sifflet final de l’arbitre mauritanien, Jacky Duguépéroux n’avait de regret que pour les opportunités ratées : «C’était un match difficile comme je m’y attendais. L’adversaire était très respectable et le score de deux à zéro est bon à prendre. Je regrette bien sûr les occasions ratées, mais sachez qu’à la mi-temps j’ai rappelé à mes joueurs qu’il ne fallait pas se précipiter et que le (1 à 0) était déjà bon. L’essentiel était de ne pas encaisser de but à domicile. Et puis avec la blessure de dernière minute de Letifi, l’équipe avait perdu un chasseur de buts. Mais Lachkem a été quand même l’auteur d’une bonne sortie. A Lusaka, le match sera dur, mais on a les arguments nécessaires pour marquer au moins une fois et se qualifier», devait-il déclarer.
Comme quoi, il faut aborder chaque match avec lucidité et concentration en cette Ligue des Champions où les difficultés se multiplient à mesure qu’on avance dans le parcours.

Jamel BELHASSEN




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com