Que pensez-vous du comportement des jeunes ?





Abderrazzak Bourguiba (Cadre) :
« L’effet de la rue »
«Je crois qu’il existe, aujourd’hui, un certain manque de civisme en particulier chez une bonne partie de nos jeunes qui se comportent parfois d’une manière étrange reflétant un manque d’éducation.
Ce changement comportemental est dû à plusieurs facteurs, notamment l’évolution technologique et culturelle que connaît la société tunisienne depuis quelques années, ainsi que le changement et le développement du mode de vie au sein de la famille tunisienne.
En l’absence d’un contrôle parental à cause du travail du père et de la mère, les enfants se trouvent à la merci de la rue qui se charge de leur éducation et les dote ainsi d’une liberté totale de faire ce qu’ils veulent.
Je crois que le rôle des deux parents est primordial dans le changement du comportement de nos jeunes. La famille doit assumer ses fonctions et ses responsabilités en matière de l’éducation des enfants.
Cela dit, toute la société est appelée à doubler d’efforts pour faire avancer le taux de civisme de la population et notamment celle des jeunes».

Kamel Inoubli (Cadre banquier) :
 « Le rôle indispensable de la famille »
«Je crois que le changement du comportement d’une bonne partie de la société tunisienne et le manque de civisme manifesté depuis quelque temps, sont dus en grande partie à l’évolution rapide enregistrée au niveau de la culture ainsi que du mode de vie.
Je pense que notre société passe actuellement par une phase transitoire aussi bien au niveau de la composition démographique qu’au niveau des comportements. Ce passage entre générations est, donc, à l’origine de cette situation marquée par l’apparition de nouveaux comportements et de nouvelles valeurs.
J’estime, également, que le manque de l’influence familiale sur le comportement des enfants est aussi un facteur important dans l’apparition de cette nouvelle situation. Aujourd’hui, la famille ne joue, pratiquement, aucun rôle dans l’éducation des enfants qui souffrent le plus souvent de l’absence d’encadrement des parents.
Ces derniers n’assument plus leurs responsabilités, dans la majorité des cas, et se contentent du rôle éducatif de l’école. C’est, donc, le changement du comportement des parents qui est à l’origine de celui des enfants».
 


Fadhel Baccar(Cadre Banquier) :
« Un simple passage entre générations »
«Contrairement à ce que pensent certains, je crois que la société tunisienne et en particulier la classe des jeunes ne souffre pas d’un manque de civisme. Il s’agit tout simplement d’un passage d’une génération à l’autre caractérisé par un certain changement au niveau du comportement, dû à mon avis à l’évolution et au développement que connaît la société tunisienne à l’image de toutes les autres sociétés.
Certes, il existe certaines dérives, mais en général nos jeunes sont bien éduqués et font preuve de civisme à chaque fois que l’occasion le permet.
Je crois, ainsi, qu’il faut améliorer le niveau de l’encadrement de ces jeunes pour empêcher ou, du moins réduire, toutes sortes de comportements déplacés au sein de notre société.

M.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com