Printemps de la chanson francophone : Mademoiselle K enflamme le Quatrième Art





Katherine Philippe, dite Mademoiselle K, la jeune chanteuse française de rock et son trio d’instrumentistes ont animé samedi au Quatrième Art un concert sensationnel qui a embarqué les jeunes férus de ce genre musical.
Dans une ambiance carnavalesque et enchanteresse…


Au Quatrième Art, les nostalgiques du rock ont découvert samedi dernier un concert inédit qui a aiguisé leur appétit. Car il y a longtemps qu’une chanteuse de rock de la trempe de Mademoiselle K ne s’est pas produite dans nos murs. Raison pour laquelle, le concert a drainé une foule de férus du rock. Prévu à 19h 30mn, le concert qui a démarré avec 15 minutes de retard a déchaîné le public dès le début. Car «Mademoiselle K» a commencé sa prestation par un rock doux qui rappelle le style du groupe de rock anglais «The Scorpions». Après quelques minutes d’introduction, Mademoiselle K est entrée dans le vif du sujet en visitant quelques compositions de son dernier album «Ça me vexe», «Reste là». C’est la première chanson interprétée par l’artiste française. Avec sa voix suave, accompagnée de gestes de révolte «Mademoiselle K» a réussi à enflammer rapidement la soirée.
Elle a attiré l’attention du public en lançant à son adresse des salutations amicales avant d’enchaîner avec un rythme guttural chaloupé. Le tout était accompagné de sons caverneux produits par le batteur David Boutherre et du bassiste Pierre Louis Basset. Cette façon de composer à mis bon nombre de fans du rock sur leur pied de danse. Et la salle de valser tout au long de la première partie du concert qui a vu Mademoiselle K visiter d’autres compositions de cet album. Comme: «Ça sent l’été», «Ça me vexe»…, «Crève» entre autres.

Un style français mélodieux
La deuxième partie du concert était des plus animées, comme de vraies bêtes de scène, Mademoiselle K et sa troupe se sont livrés à de véritables déchaînements. Ratages et impostures fracassées au son d’une voix rauque, Mademoiselle K a produit tout ce style connu des grands rockers. La particularité de cette deuxième partie de la soirée est que l’artiste a imposé un style de rock bien particulier. C’est-à-dire un genre de rock moderne qui rappelle les mélodies françaises d’antan. Les paroles et la prestation scénique de l’artiste en témoignent. «Jalouse», «Fringue par fringue», «A l’ombre», «A côté», «Plus le cœur à ça», «Final», telles sont les compositions visitées durant cette deuxième partie de la soirée qui a tenu ses promesses et qui a drainé un public de jeunes nostalgiques du rock. Organisée par l’Institut Français de Coopération en collaboration avec le Théâtre National de Tunisie, cette soirée s’inscrit dans le cadre des rendez-vous périodiques du printemps de la chanson francophone qui se tiennent actuellement à Tunis.

Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com