Hammamet Il tue sa dulcinée et se suicide…





Un jeune homme et sa fiancée ont trouvé la mort dans des circonstances dramatiques avant-hier à Hammamet. Encore une fois, une histoire d’amour qui se termine dans le sang...


 


Tunis - Le Quotidien


Les passants ont été pris de vitesse. Le jeune homme a traversé la chaussée ignorant les voitures qui ont failli le percuter. Il donnait l’impression qu’il n’était pas conscient. Il fallait le suivre jusqu’aux rails pour comprendre ce qu’il comptait faire.


L’horloge affichait dix heures. Des écoliers venaient de quitter les classes. Les bus transportant les touristes se sont mis en route vers les sites archéologiques. Les Hammamétois commencent ainsi une journée synonyme de labeur et d’effort.


C’est le lundi et la semaine annonce déjà la couleur. Une petite pluie s’abattait sur la ville. La mer visible depuis la gare commence à s’agiter. Les parapluies sont ouverts, les passants marchent tête baissée pour protéger leurs visages.


N’empêche que la bonne humeur est de mise. Les sourires et les bonjours sont échangés entre les uns et les autres d’une manière spontanée.


C’est de cette façon que commencent les jours du printemps à Hammamet. Qui pouvait alors deviner que quelque part dans cette ville calme et accueillante une jeune femme venait de trouver la mort?


Le corps est encore chaud. Quelques gouttes de sang coulent toujours sur ses joues. Sa chemise est déboutonnée jusqu’au nombril. Un couteau refuse d’abandonner la profonde blessure et le sang prenant une couleur plutôt noirâtre commence à se coaguler.


La jeune fille garde toujours les yeux ouverts. Il faut dire qu’elle s’est habituée aux blessures.Il y a quelques années et alors qu’elle soufflait sa vingtième bougie, elle tomba amoureuse d’un jeune garçon venu faire quelques travaux dans un hôtel de la région.


Elle faisait le ménage à l’étage lorsqu’elle jeta un premier regard sur ce jeune homme qui bouchait les trous avec du «mastic». Il faisait chaud et sur son front les gouttes de sueur accentuaient  encore sa virilité qui a éclos entre les arbres de chêne et les épines des câpriers qui peuplent les forêts de Jendouba.


Il est né sur ces terres du Nord-Ouest où le travail manquait énormément. Les jeunes sont condamnés à quitter la région pour aller tenter leur chance ailleurs. Et ailleurs pour ce jeune ouvrier en bâtiment n’était autre que Hammamet.


Il y débarqua et fut embauché par une entreprise qui le chargea lors de son premier jour de travail d’aller faire quelques travaux dans un hôtel. Un premier jour synonyme également d’amour puisqu’il ne quitta pas son poste non sans avoir invité sa dulcinée à prendre le café avec lui.


Les mois passèrent et la jeune fille commença à perdre espoir. Son prince charmant n’a jamais tenu promesse. A chaque fois, il trouva le moyen pour faillir à ses engagements. A la longue, la situation s’est envenimée. Dans la foulée, la jeune fille a décidé de mettre fin à cette relation devenue trop pesante. Une décision que le jeune homme n’a pas digérée. Alors et après avoir tout essayé, il a fini par prendre cette décision très grave à savoir tuer sa dulcinée.


Il s’arma d’un couteau avant de s’introduire dans sa chambre et d’un seul coup il mit fin à la vie de l’être qui lui était le plus cher.


Il ne réalisa la gravité de son acte qu’après coup. Il devint hystérique et pour se venger de lui-même, il se dirigea vers la gare. Il s’allongea entre les rails et ne bougea pas d’une semelle même lorsque le train avait foncé tout droit dans sa direction.


 


H. MISSAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com