Emigration organisée pour l’Italie : Vers la reprise du programme de quotas…





Après une paralysie de plusieurs années, dictée par la politique européenne peu flexible à l’égard des immigrés du Sud de la Méditerranée, l’Italie envisage la reprise des programmes de quotas destinés à accueillir la main-d’oeuvre étrangère y compris tunisienne.


 


Tunis - Le Quotidien   


Au niveau de la Direction générale de l’immigration et de la main-d’œuvre étrangère relevant du Ministère de l’Emploi, l’information n’a pas été confirmée. Mais elle n’est pas infirmée non plus. Ce qui est désormais officiel émane du côté italien, où on a d’ores et déjà annoncé la nouvelle. Au sujet de l’immigration, le gouvernement de Romano Prodi tend à adopter une politique beaucoup plus souple. Contrairement  au gouvernement Berlusconi, l’Italie de Prodi tend plutôt à rouvrir ses portes.   


On apprend en fait que l’Italie a choisi de remettre sur pied les programmes d’immigration organisée par le biais du système de quotas, destinés entre autres aux pays de la rive sud de la Méditerranée. D’après ce que communiquent certaines sources d’informations électroniques, la Tunisie fait partie d’un groupe de 15 pays concernés par la reprise du programme de quotas. Notre pays qui a profité durant plusieurs années de ce programme a vu en fait les frontières italiennes se fermer devant les candidats à l’immigration légale. Depuis, le sujet de l’immigration organisée est un dossier omniprésent dans les contacts entre les deux pays. Il s’agit en fait d’une solution au phénomène de l’immigration clandestine qui cause chaque année la mort de plusieurs centaines de personnes. Une fois le programme de quotas officiellement mis en œuvre, de nouvelles perspectives d’embauche en Italie devraient s’ouvrir à des milliers de Tunisiens.


Au total, le nouveau programme italien a fixé à quelque 80 mille le nombre d’immigrants devant obtenir des contrats de travail sur son territoire. La Tunisie figure en fait dans une liste de quinze nations comprenant aussi deux autre pays arabes, en l’occurrence le Maroc et l’Egypte. Les autres pays concernés par le programme sont de l’Europe : l’Ukraine, la Serbie, la Monténégro, la Bosnie Herzégovine, la Croatie et l’Albanie. Pour ce qui est de l’Asie, l’Italie doit recevoir une main-d’œuvre des Maldives, de l’Inde, du Bengladesh, du Sri Lanka, de la Macédoine, et du Pakistan.


L’Italie, de plus en plus confrontée aux problèmes sociaux inhérents aux mutations démographiques, particulièrement le vieillissement de la population, mise beaucoup sur l’intégration économique de main-d’œuvre étrangère pour maintenir ses taux de croissance dans les normes préconisées dans le cadre l’Union Européenne.


 


Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com