Tchad-Soudan : Le torchon brûle





Le Quotidien-Agences


L’armée tchadienne est entrée au Soudan à la poursuite de rebelles hostiles au président tchadien Idriss Déby Itno, mais s'est heurtée aux forces de défense soudanaises lors d'accrochages meurtriers. Un porte-parole de l'armée soudanaise a affirmé que ses forces avaient repoussé une attaque tchadienne dans l'ouest de la région du Darfour à la frontière entre les deux pays, a rapporté l'agence officielle soudanaise SUNA. Selon ce porte-parole, cette attaque a fait dix-sept morts – dont un sous-officier, parmi les soldats et policiers soudanais – et quarante blessés. De même source, on fait état, sans plus de précisions, "d'importantes pertes" civiles. D'après l'agence Reuters, huit blindés et une centaine de véhicules tchadiens était impliqués dans cette opération.


La présidence tchadienne a démenti avoir traversé la frontière et attaqué les forces soudanaises.


"L'essentiel des combats se sont déroulés en territoire tchadien; ce qui a pu se produire de l'autre côté de la frontière soudanaise ne constitue que les effets collatéraux d'une agression que le Tchad tente de juguler", a estimé Hourmadji Moussa Doumgor, visant implicitement Khartoum.


Le Tchad n'a pas attaqué le Soudan et n'a aucune intention - et moins encore un intérêt quelconque - d'entretenir la tension avec son voisin de l'est. Le tchad est agressé et il se défend", a-t-il insisté.


"La situation est très grave", selon le gouvernement tchadien qui a appelé la communauté internationale à une "action conséquente (...) pour contraindre le Soudan à renoncer à ses visées destabilisatrices sur le Tchad".


Mais un haut responsable tchadien, qui a requis l'anonymat, a assuré que l'Armée nationale tchadienne (ANT) était entrée au Soudan à la poursuite de rebelles de la Concorde nationale tchadienne (CNT), à la suite de combats avec ce mouvement armé survenus côté tchadien dans la zone d'Amdjérima. Selon lui, les affrontements ont fait une trentaine de morts des deux côtés.

Les relations entre les deux voisins, qui ont signé ces derniers mois plusieurs accords de paix restés lettre morte et continuent de s'accuser mutuellement de soutien à des rébellions hostiles à leurs régimes respectifs, sont extrêmement tendues.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com