Caisses de Sécurité Sociale : Les clignotants sont encore au rouge !





Tunis - Le Quotidien


Eperonnées par l’état de déficit que connaît la Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale (CNRPS), les autorités de tutelle préparent la parade pour éviter l’écroulement des deux principales caisses sociales.


Une étude intitulée “Caisses de sécurité sociale en Tunisie : réalités et perspectives” a avancé une analyse inquiétante de la situation financière des deux grandes caisses sociales. Cette étude réalisée par l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) précise que le trou de la CNRPS devient de plus en plus béant. Un scénario tendanciel va encore plus loin.


Cette caisse qui couvre surtout, le personnel de l’administration épuisera toutes ses réserves à l’horizon de 2015.


En ce qui concerne la Caisse Nationale de sécurité sociale (CNSS), l’étude révèle que cette caisse qui couvre les travailleurs du secteur privé pourrait connaître un état de déficit à partir de l’année en cours.


Les équilibres financiers des deux caisses sont devenus fragiles depuis les années 90 en raison de certaines mutations socio-économiques. Il s’agit essentiellement de la baisse continue du nombre des actifs en comparaison avec celui des retraités. Selon les statistiques de l’année 2002, on compte 3,7 actifs seulement pour un retraité.


En 1990, ce rapport était de 5,3 actifs pour un retraité.


L’accélération du processus de privatisation des entreprises publiques accompagné souvent d’un assainissement et de plans sociaux et la diminution notable des recrutements dans la fonction publique expliquent également la baisse des ressources des deux caisses. A cela s’ajoutent le financement de certains programmes d’assistance aux catégories à besoin spécifique, la multiplication des régimes destiné aux catégories socio-professionnelles à faible revenu et le refus de certains employeurs d’honorer leurs engagements vis-à-vis des caisses de sécurité sociale.


 


Riposte


Les experts estiment que certains facteurs exogènes pourraient accentuer le déficit de la CNRPS et de la CNSS. Ces facteurs ont trait à l’aiguisement de la concurrence à l’échelle internationale (démantèlement des accords multifibres, adhésion de la Chine à l’OMC, élargissement de l’Union européenne).


Les recommandations de la Centrale syndicale ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd.


Pour combler le trou de la sécurité, les autorités de tutelle et dont notamment le ministère des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger viennent de lancer une parade.


La première mesure a été la création de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) pour soulager la CNSS et la CNRPS de la gestion extrêmement coûteuse du dossier de la couverture santé.


Les instances de tutelle ont également décidé une augmentation des cotisations qui entrera en vigueur en juillet prochain. Des négociations devraient être, par ailleurs, entamées avec les partenaires sociaux sur la révision à la hausse de l’âge du départ à la retraite.


Sur un autre plan, les spécialistes estiment que l’Etat est appelé à procéder à des majorations salariales considérables - les salaires constituent encore la principale ressource des caisses - à lutter contre la précarité de l’emploi et à pratiquer une politique de “tolérance zéro” envers les employeurs n’ayant pas respecté leurs engagements vis-à-vis des deux caisses.


 


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com