Darfour : Washington rappelle Khartoum à l’ordre





Le numéro deux de la diplomatie américaine, John Negroponte, a mis hier le Soudan devant le choix d'aider à améliorer la situation au Darfour ou de s'exposer à l'isolement sur la scène internationale.


 


Le Quotidien-Agences


Pour Negroponte, qui terminait sa première visite au Soudan, il y a un besoin urgent d'une "importante" force hybride entre l'ONU et l'Union africaine (UA) au Darfour, d'un meilleur accès des humanitaires aux populations sinistrées et d'une relance de la recherche d'une solution politique.


Le numéro deux de la diplomatie américaine a fait ce constat le jour même où les Nations unies s'apprêtaient à des consultations avec l'UA à New York sur les moyens de progresser sur le dossier du Darfour, un "sujet de préoccupation majeur pour la communauté internationale", selon les termes de Negroponte.


Le Soudan, l'ONU et l'UA se sont mis d'accord la semaine dernière à Addis Abeba sur la deuxième phase de soutien de l'organisation internationale à la Force africaine au Darfour, mais Khartoum a objecté au déploiement de six hélicoptères d'attaque avec les renforts attendus de quelque 3.000 hommes.


"Nous devons aller rapidement vers une large force hybride avec une chaîne de commandement unique qui soit conforme aux critères et pratiques de l'ONU", a déclaré Negroponte, qui a été reçu dans la nuit par le président soudanais Omar El-Béchir, sans évoquer précisément la deuxième phase de soutien.


L'ONU espère parvenir à une force de 20.000 soldats au Darfour prévus par la troisième phase qui n'a pas encore été négociée. L'objectif est de se donner les moyens de sécuriser cette région de l'ouest du Soudan où la guerre et ses conséquences ont fait 200.000 morts et 2 millions de déplacés, selon une estimation généralement admise mais qui est contestée par le Soudan.


La Force africaine de 7.000 hommes s'est révélée incapable de le faire faute d'hommes et de moyens. Elle vient de perdre son 7ème soldat depuis début avril et le 17ème depuis son déploiement en 2004.


"Le gouvernement soudanais doit désarmer les Janjawids, la milice arabe dont nous savons tous qu'elle n'aurait pas pu exister sans son soutien actif", a ajouté Negroponte, demandant par ailleurs aux non-signataires de l'accord de paix au Darfour de 2006 de cesser leurs attaques.


"Une transition rapide vers une force hybride ONU-UA, une amélioration de l'accès des humanitaires (aux populations dans le besoin) et un soutien à l'Autorité transitoire du Darfour peuvent améliorer la situation au Darfour et ouvrir la voie à de meilleures relations entre le Soudan et la communauté internationale", a-t-il estimé.


 


_____________________


 


Le Soudan  accepte le déploiement des hélicoptères de l'ONU


 


Le ministre soudanais des Affaires étrangères, Lam Akol, a annoncé hier à la presse l'acceptation totale par son pays de la phase II du soutien de l'ONU à la Force africaine au Soudan, y compris le déploiement d'hélicoptères d'assaut.


"Le Soudan a accepté l'accord sur la deuxième phase de soutien de l'ONU à la Force africaine", a déclaré le chef de la diplomatie soudanaise lors d'un conférence de presse.


A la question de savoir si cette acceptation concerne des hélicoptères d'assaut, il a répondu: "oui" alors que les autorités soudanaises ont jusqu'ici exprimé des réserves sur le déploiement de tels appareils.


Souhaitant rassurer Khartoum, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, avait souligné jeudi dernier que des hélicoptères de combat que l'ONU souhaite utiliser au Darfour serviraient des buts défensifs et non pas offensifs.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com