50 GI’s tués en Irak depuis début avril : L’hécatombe





Al Qaïda annonce avoir exécuté 20 policiers irakiens


 


Le Quotidien-Agences


Cinquante soldats américains ont été tués depuis le début du mois d'avril en Irak, où l'armée américaine poursuit le déploiement de renforts pour juguler les violences dans le cadre du plan de sécurisation de Bagdad entré dans sa neuvième semaine.


L'armée américaine a annoncé, hier, la mort de cinq nouveaux soldats dans la province d'Al-Anbar (ouest) et à Bagdad.


Quatre GI's ont été tués au cours d'opérations à Al-Anbar, principal foyer de l'insurrection sunnite et le cinquième à Bagdad dans une attaque à la bombe, un projectile de type "EFP" que les militaires américains soupçonnent d'être de fabrication iranienne.


Le commandant américain à Bagdad a accusé précédemment l'Iran de fournir des pièces détachées et des techniques de fabrication d'explosifs utilisées contre les forces de la coalition en Irak.


Ces décès portent à 50 le nombre de GI's morts depuis le début avril et à 3.304 le nombre de soldats et personnels assimilés américains tués en Irak depuis l'invasion de mars 2003, selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres du Pentagone.


Aux yeux du chef de file des démocrates au Sénat américain, Harry Reid, les Américains accusent des pertes à un rythme inconnu depuis plus de deux ans et "on n'en voit pas la fin".


L'armée américaine a par ailleurs annoncé détenir le conducteur d'un camion rempli d'acide nitrique et d'explosifs qui a reconnu avoir été payé pour attaquer un bâtiment abritant un poste de police irakien à Machahdi, au nord de Bagdad. Le chauffeur a été interrogé après que son camion se soit renversé.


Ces institutions ont déjà été la cible de nombreuses attaques meurtrières commises dans la plupart des cas par des insurgés, selon les autorités irakiennes et américaines.


Pour tenter d'enrayer le cycle de la violence, les armées américaine et irakienne poursuivent les déploiements de renforts dans le cadre du plan de sécurisation de Bagdad lancé le 14 février: 30.000 nouveaux soldats américains en Irak et 90.000 soldats irakiens et américains déployés d'ici à juin dans la capitale. Ce plan est étendu progressivement à d'autres régions.


Ailleurs, en Irak six personnes, parmi lesquelles un chef de la police irakienne et deux de ses gardes du corps, ont été tuées dans des attaques hier.


Dans le centre de la ville de Mossoul un général de brigade policière et deux de ses gardes du corps ont été tués par des hommes armés près de sa maison, dans le quartier d'Al-Thawra.


Plus au sud, l'un des leaders de la tribu d'Al-Joubour a été abattu par des inconnus dans la localité de Houweija, selon une source policière.


Dans la région de Kirkouk, à l'ouest de Houweija, un coiffeur a été abattu devant son salon par des hommes armés. Pour les groupes radicaux, raser les barbes est un acte anti-islamique.


A Bagdad, un professeur de l'université des sciences islamiques, Mohammed Ali Hamza, a été tué par des hommes armés dans le quartier de Saydiya.


Enfin, le groupe  d’Al Qaïda en Irak a affirmé, hier, dans un communiqué avoir exécuté 20 policiers irakiens enlevés samedi dernier dans le nord de l’IraK.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com