Renflouage des caisses sociales : L’âge du départ à la retraite sera fixé à 63 ans





Eperonné par la détérioration du rapport actifs/retraités, le gouvernement prépare une grande réforme des régimes de retraite.


 


Tunis - Le Quotidien


Les cotisations des salariés affiliés à la Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale (CNRPS) (fonctionnaires et agents de l’Etat) augmentent de 1,2% répartis sur trois ans à partir du 1er juillet 2007.


La contribution de l’Etat (l’employeur) va enregistrer, à son tour, une hausse de 1,8% durant la même période.


Cette augmentation des retenues permettra de diminuer le déficit dont souffre cette caisse qui couvre le personnel de l’administration. Elle ne constitue pas, néanmoins, une solution radicale.


Il s’agit plutôt d’un “rafistolage”.


D’autant plus qu’un scénario tendanciel révèle que cette caisse épuisera toutes ses réserves en 2015. De même, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), qui couvre surtout les travailleurs du secteur privé, sera incapable d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses affiliés à partir de 2014. Cela dit, des solutions urgentes à même de renflouer les caisses de la “sécu” s’imposent.


Selon les experts, ce renflouage passe inéluctablement par une réforme globale des régimes de retraite qui “bouffent” une part importante des ressources des deux principales caisses de sécurité sociale en Tunisie.


 


Baisse continue


L’aspect des régimes de retraite actuels est plutôt “mutuel”, c’est-à-dire qu’il repose sur le principe de la solidarité entre les générations.


En d’autres termes, ce sont les actifs qui paient les pensions des retraités. Or, le ratio actifs/retraités n’a pas cessé de se détériorer depuis plusieurs années.


Au niveau de la CNRPS, ce rapport est passé de 5,3 actifs pour un seul retraité en 1990 à 3,7 actifs pour un retraité en 2002.


La même tendance est perceptible au sein de la CNSS. Durant la même période, le ratio actifs/retraités a enregistré une baisse de 1,9 points.


Les raisons de la détérioration de ce rapport sont essentiellement la baisse notable des recrutements dans le secteur public, le licenciement pour des raisons économiques ou techniques et la tolérance excessive envers les employeurs n’ayant pas respecté leurs engagements vis-à-vis des caisses sociales.


Compte tenu de cette situation, le gouvernement prépare depuis plusieurs mois un projet de réforme des régimes de retraite.


Le projet fixera l’âge du départ à la retraite à 63 ans avec la possibilité d’atteindre 65 ans pour certaines professions.


Il prend en considération les mutations démographiques que connaît le pays telle l’augmentation de l’espérance de vie.


En 1975, cet indicateur était de 55 ans. Trente ans plus tard il a atteint 73 ans. En 2025, l’espérance de vie sera de 75 ans.


Il importe de préciser que cette réforme pourrait faire l’objet d’un débat national auquel participent notamment l’UGTT et l'UTICA.


 

Walid kHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com