Environnement : 14 parcs urbainsà louer pendant 30 ans !





Tunis-Le Quotidien


Convaincues de la capacité des privés à diversifier les services de loisirs et de distraction, les autorités ont décidé de céder 14 parcs urbains aux investisseurs privés. Les nouveaux locataires, sur qui on mise beaucoup pour qu’ils apportent du sang neuf à ces espaces, devraient s’engager à proposer de nouveaux services mais à de prix abordables…


La décision a été prise après concertation entre les principales parties chargées de la gestion de et de l’entretien des parcs urbains dans le pays. En cédant ces espaces au domaine privé, les structures concernées feront d’une pierre deux coups : d’un côté apporter une bouffée d’oxygène à ces espaces dont la gestion et l’entretien nécessitent de gros investissements et, de l’autre côté, grâce à la concurrence les opérateurs privés seront contraints de proposer des services diversifiés et innovants pour attirer les visiteurs.


La privatisation des parcs urbains, qui doit à moyen terme concerner l’ensemble des parcs du pays, doit débuter par la concession de 14 espaces répartis dans plusieurs régions. «Il y a aujourd’hui en Tunisie 30 parcs urbains. Dans deux ans, ce nombre doit passer à 40 et tous seront exploités par les promoteurs privés» indique M. Najah Dali, directeur général au ministère de l’Environnement et du développement durable. La concession des parcs urbains aux investisseurs privés s’inscrit en effet parmi les orientations stratégiques de l’Etat visant à ouvrir le domaine public sur l’initiative privée. Les ministères de tutelle (Environnement et développement durable, Intérieur et développement local) en coordination avec les municipalités des villes concernées, ont lancé alors le premier appel à propositions, dont le dernier délai est fixé pour le 31 mai prochain, par le biais duquel une commission spéciale se chargera de sélectionner les meilleures offres qui répondent à certains nombres de conditions.


«Nous avons choisi d’assouplir au maximum les procédures de la concession afin que les investisseurs privés aient le plus de libertés et de simplicité dans la gestion de ces espaces et c’est en fin de compte dans l’intérêt de tous », souligne le responsable du ministère. Et de préciser que les intéressés devraient en revanche respecter certaines règles élémentaires. «C’est la première fois que l’on cède un domaine ayant de grandes valeurs écologiques et environnementales au secteur privé ce qui implique une responsabilité énorme en matière de préservation et de protection des composantes de ces espaces », note-t-il.


Côté tarification de l’accès à ces parcs après leur privatisation, notre interlocuteur a indiqué que les opérateurs privés auront certes la liberté de fixer les prix selon la qualité des services qu’ils vont offrir à leurs clients comme le veulent les règles de la privatisation mais les autorités inciteront toutefois ces investisseurs à prendre en considération le niveau de vie des familles tunisiennes. «Il faut souligner que les autorités ont d’ores et déjà engagé d’importants budgets pour préparer le terrain dans ces parcs aux futurs concessionnaires. On apprend dans ce même cadre qu’en 2006, plus de 3 millions de dinars ont été dépensés dans des travaux de restauration des parcs urbains. Ce qui apportera à ces investisseurs des gains non négligeables.


 


H.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com