Attentat suicide à Bagram en présence de Cheney : Les Talibans défient Washington





Au moins 14 personnes, dont un soldat américain, ont été tuées dans un attentat suicide contre le QG de la coalition en Afghanistan pendant une visite du vice-président américain, Dick Cheney.


 


Le Quotidien-Agences


Une certaine confusion régnait sur le bilan de cet attentat qui s'est produit à l'entrée de la base aérienne de Bagram, vaste zone ultra-sécurisée à 60 km au nord de Kaboul, pendant que s'y trouvait le numéro deux américain qui n'a pas été blessé.


Le ministère de l'Intérieur a d'abord fait état de dix-huit morts, dont trois soldats étrangers, puis la coalition dirigée par les Américains a rapporté la mort d'un soldat américain et de deux civils afghans avant de faire état de la mort de trois étrangers, dont un militaire, et d'une vingtaine de personnes blessées. Séoul a annoncé le décès d'un soldat sud-coréen.


Un journaliste sur place a cependant vu les corps sans vie de onze civils afghans, certains dans des sacs plastiques, d'autres sous des couvertures et deux dans des cercueils, transportés en ambulance hors de la base. "Les corps se trouvent à l'intérieur et personne n'est autorisé à y entrer. Mais selon nos informations, quinze Afghans ont été tués", a affirmé un responsable du ministère de l'Intérieur sous couvert d'anonymat.


L'attaque a été revendiquée par téléphone par un porte-parole des Talibans. "C'est l'un de nos moujahidines qui a commis cet attentat suicide", a déclaré Youssouf Ahmadi. Cet attentat est un des plus meurtriers perpétrés en Afghanistan depuis la chute du régime des Talibans fin 2001.


Le numéro deux américain, arrivé lundi soir à Bagram, n'a pas été atteint par l'explosion et s'est rendu peu après dans la capitale où il a eu deux heures d'entretiens avec le président Hamid Karzai, avant de quitter le pays, selon l'ambassade américaine. Arrivant du Pakistan voisin, Cheney était initialement attendu, lundi soir, à Kaboul après une escale à Bagram, mais avait été contraint de passer la nuit dans la base en raison du mauvais temps.


Hier vers 10h00, alors que Cheney se trouvait toujours dans la base, un homme a "franchi à pied un point de contrôle établi par des soldats afghans et se dirigeait vers l'entrée principale de la base gardée par les Américains lorsqu'il s'est fait exploser", a raconté un policier sur place. "Une vingtaine de personnes gisaient sur le sol, mortes ou blessées", a-t-il ajouté.


A Kaboul, Cheney a discuté terrorisme et sécurité avec le président afghan Hamid Karzai. Les Américains et les Britanniques, les deux principaux contributeurs en Afghanistan, ont promis de renforcer leur contingent dans ce pays pour faire face aux attaques des Talibans. Quelque 27.000 militaires américains doivent bientôt être déployés dans ce pays au sein de la coalition et de la force de l'Otan.


Le numéro deux américain avait effectué la veille une visite surprise au Pakistan où il avait demandé au président Pervez Musharraf de renforcer la lutte contre des Talibans et des membres d'Al-Qaïda regroupés le long de la frontière avec l'Afghanistan. Il avait également exprimé les "graves inquiétudes" de son pays concernant une offensive imminente des Talibans, qui ont multiplié l'an dernier attentats-suicide et attaques contre les forces étrangères.


Quelque 4.000 personnes, essentiellement des insurgés, des civils, et des policiers afghans, ont été tuées en 2006, l'année la plus sanglante en Afghanistan depuis la chute du régime des Talibans. La coalition compte quelque 11.000 hommes, en grande majorité Américains, aux côtés des 35.500 soldats de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com