Volley-ball Championnat arabe des clubs : Impressionnants Sang et Or






 


L’EST a enlevé la 15ème édition du Championnat arabe des clubs champions. Ce 1er titre arabe s’est clôturé en apothéose pour les Espérantistes, avec une nette victoire (3-0) en finale face au 2ème représentant tunisien, l’ESS.


 


Les Guidara, Karamosli, Belaid, Fehri, Kaabi, le libéro Taouerghi, entre autres, ont fait une véritable démonstration contre les Etoilés balayés en 52 minutes.


Une victoire qui en dit long sur le potentiel de l’EST et sa détermination d’engranger le seul titre international qui manque à son palmarès.


Cette volonté s’est vérifiée dès le départ de la compétition, le 1er tour ayant été bouclé avec quatre nettes victoires. L’EST continua sur sa lancée au 2ème tour, trois victoires.


Montant en puissance au fil des matches, l’EST semblait irrésistible et s’envolait inexorablement vers le sacre.


Tout le monde attendait la finale tuniso-tunisienne qui allait trancher une question de suprématie entre l’EST et l’ESS.


Les Etoilés, malgré un parcours quelque peu hésitant et une défaite contre Al Ahly Dubaï, allaient ils se réveiller contre l’EST et refaire le même coup de la Supercoupe de Tunisie ?


C’était sans compter sur la hargne et la rage de vaincre des Espérantistes qui n’étaient nullement disposés à lâcher du lest à leur adversaire.


L’illustration en a été donnée en finale où l’EST domina de la tête et des pieds l’ESS dans tous les compartiments, qui ne put qui assister presque en «spectateur» à la démonstration espérantiste.


 


Aucun set concédé


L’impressionnante armada espérantiste n’a concédé aucun set à ses adversaires en neuf rencontres, une première dans les annales du championnat arabe des clubs champions.


Ce sacre, amplement mérité, a été auréolé par la récompense de trois joueurs, soit la moitié de l’équipe, à titre individuel.


Ghazi Guidara a été élu meilleur joueur du tournoi, Khaled Belaid, meilleur réceptionneur et Anouar Taouerghi meilleur libéro.


Après six ans d’éclipse l’EST revient au premier plan par la grande porte et on s’attend à ce qu’elle retrouve son aura d’antan.



Moncef SEDDIK


 


______________

Les espérances de l’Espérance


 


L’EST a remporté haut la main le championnat arabe des clubs champions. Un sacre qui est venu mettre en évidence les grandes qualités techniques dont dispose le club sang et or.


Pour ceux qui veulent mettre les bâtons dans les roues, le titre remporté par l’EST a été facilité par l’absence des clubs égyptiens et algériens. Toujours est-il que le mérite du club de Bab Souika est grand. Car, enlever un titre sans concéder le moindre set en neuf rencontres disputées reste une performance qui n’est pas donnée à n’importe qui.


Il fallait disposer en effet d’une capacité mentale sans faille, avoir de la qualité pour ne pas perdre la concentration tout au long d’un tournoi que les Sang et Or ont admirablement géré.


Il faut dire aussi que l’avènement de Mounir Gara à la tête des affaires techniques n’est pas étranger à ce retour sur scène de l’Espérance.


Pour l’entraîneur kélibien dont la compétence n’est plus à démontrer, c’était un défi de prendre en mains un équipe qui avait perdu un tant soit peu de son lustre. Et ce défi Mounir Gara l’a relevé.


En 2005-2006 pour sa première saison à la tête du club espérantiste, il a pu grâce à ses qualités de meneur d’hommes, redonner le goût de jouer à un ensemble qui restait à la recherche d’une relance.


Cette année, l’Espérance avec un amalgame d’expérience (Guidara et Belaïd) et d’enthousiasme (Kaâbi et Ben Tara) est redevenue l’Espérance du bon vieux temps.


Ce retour au-devant de la scène remarquable et remarqué à la fois, aura permis à la formation sang et or de dominer jusqu’ici le championnat de la Nationale A et surtout d’enlever haut la main le championnat arabe des clubs champions. En attendant d’autres conquêtes pour le compte d’une Espérance qui vit désormais de certitudes et... d’espérances !



K.T.D.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com