Cliniques privées : Prochaine révision des tarifications





Tunis - TAP


Les cliniques privées en Tunisie ont franchi des pas importants dans les domaines de l’assurance-maladie, la tarification, la qualité et la compétitivité à l’échelle internationale.


M. Boubaker Zakhama, président de la Chambre nationale des cliniques privées a indiqué, dans un entretien avec la TAP, que les concertations engagées entre la Chambre et la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie au sujet de l’accord relatif aux cliniques privées ont abouti à des résultats probants. Ces concertations, a-t-il ajouté, ont permis d’examiner les moyens de traiter certaines maladies, et les maladies chroniques en particulier, l’objectif étant de permettre aux patients de se soigner dans des cliniques privées.


Il a affirmé, dans le même contexte, que la prochaine période sera marquée par la révision des tarifications des cliniques, le coût des soins dans ces institutions hospitalières privées étant jugé inaccessible par les Tunisiens, une situation que les propriétaires des cliniques expliquent par le coût élevé des investissements et de la maintenance. Il a précisé que le prix d’un lit dans une clinique est estimé à 200 mille dinars, alors que la maintenance d’un scanner est estimée à 80 mille dinars par an.


Par ailleurs, le président de la Chambre nationale des cliniques privées a évoqué la question de la concurrence et des enjeux qu’elle pose à l’heure actuelle pour les cliniques privées. Il a affirmé que d’ici la fin 2007, 15 cliniques tunisiennes sur un ensemble de 75 seront classées à l’échelle mondiale du fait de leur adhésion au programme ISO 9000 pour les services.


Il a mis l’accent sur le rôle grandissant des cliniques privées et du secteur médical tunisien en général dans la dynamisation de l’économie nationale et de l’exportation des services sanitaires, mettant l’accent sur la progression du nombre de patients originaires de pays frères et amis qui viennent se soigner en Tunisie.


M. Boubaker Zakhama a fait part de sa satisfaction de l’évolution et de la diversification des services sanitaires en Tunisie, ce qui a permis, a-t-il dit, de maîtriser le coût des soins à l’étranger qui ne dépasse plus 15 millions par an.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com