U.S.M. : Le rêve brisé





En l’espace de cinq jours, les Monastiriens ont dû rencontrer l’ESS à Sousse et l’EST à Tunis. L’enjeu était gros, puisqu’ils devaient éviter de perdre le contact avec le peloton de tête, en championnat, tout en projetant de passer le cap espérantiste pour se qualifier à la finale de la Coupe de Tunisie, un rêve convoité par tout un chacun afin de concrétiser cette première dans les annales du club. Toutes les dispositions ont été mobilisées pour passer ces 2 échéances et continuer à jouer pour le doublé: situation matérielle régularisée des joueurs, 2 stages bloqués pour une meilleure concentration, un public acquis pour la circonstance et, enfin, une stabilité psychologique minutieusement conçue. Le nul du Stade Olympique de Sousse, grâce au penalty avorté par Nefzi, après que Galbi, assisté de son père, sa mère et son frère, comme spectateurs, ait réussi le but d’égalisation, est venu à point nommé pour aborder le second écueil avec un moral au top niveau. Mais, voilà que, contrairement au match du championnat, celui de la Coupe, vendredi dernier, allait connaître un bouleversement radical quant aux options tactiques arrêtées par Samir Jouili. Au jeu cadenassé observé face à l’ESS, le coach usémiste a pris le gros risque de négocier les débats de cette demi-finale avec l’esprit d’une offensive à outrance. Même Fernando Nevez s’est rallié au dispositif du secteur des premières lignes pour prêter main forte à Jerry et compagnies. La domination des Bleus était manifeste et les occasions n’ont point manqué pour la matérialiser. L’handicap était dans cette panne de solution à l’approche des zones adverses. Le football ne pouvant faire de cadeau, les Tunisois sans avoir sorti un grand match, mais ont réalisé ce que les Bleus n’ont pu faire, allaient bénéficier des couloirs cédés pour ouvrir la marque au moment où l’on s’y attendait le moins et à l’étape où ils étaient dans leurs retranchements pour doubler la mise. Les fans monastiriens, frustrés et consternés ne pouvaient que constater les dégâts.


 


M. NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com