BasketCoupe de Tunisie (Demi-finales): Le C.A. en grand seigneur






Enterré un peu prématurément, le CA revient avec fracas à l’avant-scène du basket national, parvenant à bouter hors-circuit l’ESS, le meilleur cinq du moment, avec le SN. Ce dernier, pour sa part, n’a fait qu’une bouchée de la DSG.


Après son élimination du play-off, au stade des demi-finales, par ce même adversaire, le CA a vécu des moments difficiles, dont le point d’orgue fut le départ de l’ancien coach, Sami Housseïni. Pour les Clubistes, il ne restait donc plus que la Coupe pour sauver la saison. Et après un quart de finale relativement facile face à l’USA, l’heure de vérité a, une nouvelle fois, sonné, mettant sur leur passage, un ensemble sahélien plus fort que jamais, et candidat sérieux au doublé. Les premières minutes du Q.T. initial donnèrent à voir une certaine fébrilité clubiste, causée certainement par la pression ambiante et l’importance de l’enjeu.


En face, les Etoilés excellèrent dans l’exercice du tir, par l’entremise notamment de Khanfir et Dhouibi. Les protégés de Mounir Nefzi trouvèrent, quant à eux, la parade dans le jeu intérieur, parvenant à boucler ce premier Q.T. à leur avantage (16-15).


Au cours du second Q.T. les Rouge mèneront le bal face à des Clubistes encore timorés. Les mêmes Khanfir et Dhouibi, ainsi que Slimène, Ben Hassen et l’Américain Simond prendront 9 points d’avance à la pause (31-40). Auparavant, le coach étoilé Nabil Hattab choisit de mettre au repos son cinq majeur, hormis le pivot américain, alors que de l’autre côté, Mounir Nefzi en faisant de même, mais opta pour un turn-over, de telle sorte que ses joueurs demeureraient toujours actifs. Les doublures sahéliennes ne déméritaient pas pour autant, grâce à une belle agressivité en défense, faisant grimper l’écart à 16 points (33-49), mais finissant par céder quelque peu du terrain à la fin du troisième Q.T. (53-61). A l’entame du dernier Q.T., Hattab fit revenir sur le parquet son cinq de base. Mais, les joueurs, restés un peu trop longtemps sur le banc, mirent beaucoup de temps pour retrouver leur vitesse de croisière et gagner en rythme. Entre-temps, les Rouge et Blanc, poussés par un public en or, revinrent de plain-pied dans la partie, parvenant à égaliser à (66-66) grâce à deux tirs à 3 points de Dhifallah. Les Sahéliens tempérèrent quelque peu leur ardeur en signant deux paniers (66-70). Mais, Marouène Lahmar, auteur d’une prestation finale époustouflante, marqua un panier de la longue distance (69-70) avant que les locaux ne prennent l’avantage (71-70) pour ne plus lâcher prise, jusqu’à la fin (81-77). Belle victoire donc pour les Clubistes qui ont prouvé leur valeur technique, leur maturité tactique et surtout leur solidité mentale et pour leur jeune entraîneur qui a réalisé avec ses protégés un retentissant sans-faute, à savoir cinq matches en début de saison et deux tours en Coupe.


 


A l’économie


Cela peut paraître paradoxal pour une demi-finale, face, de surcroît, au détenteur du titre, mais les Potiers ont bel et bien joué à l’économie, gérant à leur guise la partie afin de se préserver avant la dure explication en vue face à l’ESS, dans le cadre de la finalissime du Championnat, pouvant exiger le recours à pas moins de trois confrontations.


Pour revenir au match, les Maâlaoui et consorts ont cristallisé sur le parquet le scénario concocté à l’avance, à savoir débuter en force, s’assurer une marge sécurisante sur l’ensemble des deux premiers Q.T. (12-26 et 19-43), puis gérer à leur aise les deux derniers (33-56 et 57-72). En effet, tout au long des 20 dernières minutes, ils n’ont à aucun moment été inquiétés et il n’y avait pas lieu d’élever, de nouveau, le rythme, pour les raisons sus-indiquées. Rendez-vous, donc, le 3 juin prochain pour une alléchante apothéose, entre le SN et le CA.


 


Wahid SMAOUI


 


______________________


 


Mounir Nefzi (Entr. C.A.): «Grâce à une concentration optimale»


 


* Après le départ de Houseïni, le passage de témoin s’est fait à un moment très difficile ?


En quelque sorte, oui. Mais globalement, il ne m’a pas été du tout malaisé de contrôler la situation, puisque depuis le début de la saison, j’ai toujours fait partie du staff technique. Et après l’élimination en Championnat, j’ai particulièrement focalisé sur le volet mental.


 


 * Cette demi-finale s’apparentait au match de la saison. Comment l’avez-vous gérée?


A vrai dire, les joueurs m’ont énormément facilité la tâche. Ils étaient réceptifs et très motivés. Ils tenaient à prouver qu’il fallait toujours compter avec eux. Hormis donc les considérations d’ordre technico-tactique, j’ai dû canaliser leur surcroît d’énergie dans une optique constructive, tout en évitant de parler de revanche, une disposition psychologique et mentale qui aurait pu, plutôt, les desservir.


 


* Longtemps menés au score, vous avez pu renverser la tendance. Comment y êtes-vous parvenus ?


J’estime que la différence s’est faite au niveau de la concentration. Même à -16, mes joueurs étaient tout aussi concentrés. Le doute ne s’est jamais installé dans leur esprit. Ils ont continué à piocher, à piocher jusqu’au coup d’estoc final.


 


* La citadelle SN se dresse sur votre passage, à l’occasion de la finale. Comment comptez-vous vous y prendre ?


Nous avons presqu’un mois devant nous. Entre-temps, le SN aura à négocier sa double confrontation en finale du Championnat, peut-être même un troisième match décisif. Nous aurons tout notre temps pour disséquer à loisir son jeu. Aucun détail ne sera négligé.


A l’ouvrage et à l’abordage, nous y sommes déjà.


 


W.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com