Coupe de Tunisie (Dames): Enième finale pour le C.S.S. et le C.S.P.C.






Ceux qui s’attendaient à une finale inédite ont été finalement déçus par l’issue des demi-finales qui nous ont proposé en fin de compte un remake de la finale disputée la saison dernière entre le CSS et le CSPC.


L’expérience et le métier de ces deux formations ont fini en effet par prévaloir et mettre les deux ténors face-à-face pour une énième explication. L’ambition de leurs deux adversaires du jour n’a pas pesé lourd.


Le CSS, détenteur du doublé, n’a pas lésiné d’ailleurs sur les moyens afin de mettre à la raison une formation nabeulienne dont le courage et la bonne volonté n’ont pas suffi pour arrêter la machine sfaxienne (85 - 63).


L’écart de vingt-deux points qui a sanctionné les débats en dit d’ailleurs long sur les potentialités énormes et la domination écrasante de l’équipe phare de la capitale du Sud.


Le team sfaxien annonce clairement par ailleurs qu’il n’est point disposé à se séparer des trophées qu’il a glanés l’année dernière et affiche par là-même ses prétentions et ses prédispositions actuelles. Cette victoire des Sfaxiennes constitue en outre un avantage psychologique indéniable pour Mouna Kheriji et ses partenaires, puisqu’elles auront à en découdre face au même adversaire pour le compte du super play-off du championnat.


 


Jusqu’au bout du suspense


La seconde demi-finale aura été cependant plus indécise et plus captivante puisque les deux formations tenaient jalousement à la victoire finale pour une place au soleil le jour de l’apothéose.


Les Sahéliennes de l’ASF Jammel, qui ont assuré brillamment leur maintien parmi l’élite, aux dépens entre autres de cette équipe policière reléguée en Nationale «B», partaient pourtant avec les faveurs du pronostic.


Or à l’arrivée, c’est l’équipe tunisoise qui a eu en fin de compte raison de son hôte à l’issue d’une confrontation âprement disputée et au cours de laquelle les deux protagonistes ont prétendu au succès final. En tout cas, les protégées de Morthadha Belhassine se sont montrées plus lucide dans les moments forts de la partie afin d’enlever le morceau.


Les deux formations en présence ont dû effectivement aller jusqu’aux prolongations pour se départager, puisqu’à la fin des quarante minutes de jeu elles étaient encore sur la même ligne (60 - 60).


Le temps additionnel fut aussi disputé, dans la mesure où le CSPC ne l’a emporté qu’au cours des ultimes secondes (71 - 68).


 


M.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com