2èmes Journées Néjib Mourali de cancérologie: Le vaccin du cancer du col de l’utérus à l’ordre du jour





Les cancers du sein et du col de l’utérus seront les principaux thèmes des deuxièmes journées Néjib Mourali de cancérologie. Organisé par l’Institut Salah Azaïez les 11 et 12 mai, ce rendez-vous correspond également au 13ème séminaire sur les actualités chirurgicales carcinologiques.


 


Tunis-Le Quotidien


La grande actualité qui sera à l'ordre du jour de ces journées est le vaccin anti-cancer du col de l’utérus. Car ce cancer, comme l’explique le Docteur Khaled Rahal, chef du service de chirurgie à l’Institut Salah Azaïez, est évitable. En effet, les spécialistes savent le diagnostiquer et disposent désormais d’un vaccin révolutionnaire.


«La famille de virus HPV, souligne le Dr. Rahal, intervenant largement dans l’apparition d'un cancer du col de l’utérus, est de plusieurs types dont une partie de façon certaine et majeure. On a alors ciblé 2 ou 4 types de ce virus par ce vaccin destiné principalement aux jeunes filles âgées entre 9 et 16 ans».


Certes, ce vaccin, de par son prix, a été destiné par les Français aux jeunes filles de 14 ans, mais la condition mise en exergue par les spécialistes, c’est qu’elles n’aient pas eu de rapports sexuels.


A ce juste titre, le Dr. Rahal met l’accent sur la précocité sexuelle qui favorise l’apparition d’un cancer du col de l’utérus. En effet, plus les filles commencent tôt leur vie sexuelle, plus elles courent ce risque. Ce qui correspond parfaitement à la situation actuelle en Tunisie. En moyenne, les jeunes filles entament leur premier rapport sexuel à l’âge de 16 ans. Cette période est doublée par ailleurs au recul de l’âge du mariage. Et le Dr. Rahal d’insister sur ce schéma social. Pendant que le premier rapport sexuel était associé auparavant à l’âge du mariage, il ne coïncide plus aujourd’hui à cet âge.


En témoignent les enquêtes relatives aux jeunes et la santé de la reproduction. Pour ce qui est du cancer du sein, le thème est abordé régulièrement, compte tenu de son importance. Il s’agit du cancer le plus fréquent chez la femme. D’autant plus qu’il fait l’objet d’une évolution régulière en matière de prise en charge.


Cette année, les journées Néjib Mourali se pencheront sur de nouvelles méthodes moins invasives d’exploration et de prélèvement des lésions. A rappeler que 1400 à 1500 nouveaux cas de cancer du sein sont enregistrés chaque année en Tunisie. La majorité de ces cas sont recensés au stade du diagnostic. Néanmoins, le Dr. Rahal signale une certaine évolution à ce niveau qu’il importe de renforcer afin d’inciter davantage au dépistage.


Par ailleurs, la matinée du samedi 12 mai sera réservée à un forum de discussion. Il se tiendra en collaboration avec l’association tunisienne d’assistance aux malades du cancer du sein. Seront abordés cette année entre autres les sujets de l’école et le cancer, l’alimentation et le cancer et les médias et le cancer.


 


M. KADA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com