Accor Arabie Saoudite: Impulser la dynamique d’investissement en Tunisie






Tunis-Le Quotidien


Pour la 2ème année consécutive, Abderrahman Belgat, Directeur Général d’Accor Arabie Saoudite et Soudan, a tenu jeudi une conférence de presse à Tunis en marge du Marché Méditerranéen International du Tourisme (MIT). Si l’année précédente, l’ouverture imminente du fameux Zamzam à la Mecque a fait l’objet de la rencontre avec les représentants de la presse tunisienne, cette année, c’est la performance du Haj et de la Omra qui ont été le point focal du discours de Abderrahman Belgat. D’ailleurs, il a semblé donner des leçons aux Tunisiens plutôt que de se pencher sur les perspectives de développement du groupe en Tunisie. En effet, plusieurs projets dans nos murs ont été annoncés par cette chaîne française, dont notamment le nouvel Accor et l’académie de formation qui n’ont pas encore vu le jour à l’avenue Mohamed V. Pourtant, la première pierre de ce projet a été posée depuis maintenant assez longtemps.


En contre partie, Belgat s’est attardé sur les réalisations qui se font en Arabie Saoudite ainsi que le rythme soutenu de l’évolution dans ce pays et dans le reste de la région du Golfe : «le monde change en Arabie Saoudite, a-t-il souligné, et va très vite» Néanmoins, Accor Arabie Saoudite et Moyen-Orient semble très intéressé par la Tunisie selon Belgat : «à condition qu’elle prenne au sérieux son capital et ait l’ambition qu’elle peut jouer un rôle moteur dans l’évolution du tourisme dans le monde arabo- musulman», a-t-il précisé. A son avis, la Tunisie ne doit pas rester sur ses acquis ! A ce titre, il a cité le climat qui règne en Arabie Saoudite où le groupe a réussi à s’adapter aux besoins des touristes religieux qui en plus de la dimension spirituelle qu’ils recherchent, bénéficient également du confort nécessaire pour leur séjour. Certes, les conditions luxueuses d’un Haj ou d’une Omra sont garanties dans un établissement aussi haut de gamme que Zamzam. Mais cette alternative reste exclusive pour les pèlerins aisés qui ont les moyens de se payer ce luxe. Ce dernier n’est pas du tout à la portée de beaucoup d’autres qui se retrouvent souvent dans des conditions peu confortables. En témoignent les chiffres communiqués par Abderrahman Belgat : 24% des pèlerins habitent dans un hôtel et 45% recourent aux résidences. Pour le reste, personne ne sait où est-ce qu’ils habitent…


D’ailleurs, à ce propos, le DG d’Accor Arabie Saoudite et Soudan, a souligné la volonté des Tunisiens de performer de plus en plus le Haj et la Omra. A ce niveau, le groupe français va jouer un grand rôle dans la consolidation de cette démarche à travers l’hôtellerie économique. Et plus particulièrement les Ibis de la chaîne afin de permettre à tout le monde d’accomplir leurs rites dans les meilleures conditions.


En matière d’encouragement de la Tunisie, Belgat qui a annoncé une perspective de 30 hôtels du groupe en Algérie, a insisté sur les investissements dans notre pays : «on est prêt à encourager les Saoudiens à aider les Tunisiens». Et d’expliquer que les Saoudiens sont portés sur le tourisme de famille. Ce qui sous-entend que la Tunisie gagnerait à développer ce segment d’autant qu’un touriste saoudien, selon notre interlocuteur, équivaut à 10 touristes européens en termes de rentabilité grâce aux dépenses par séjour.


 


M.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com