HandballPlay off (Demi-finales Retour): Confirmation ou retour à la case départ





Les matches retour des demi-finales du play-off du championnat peuvent permettre au CA et à l’Espérance de confirmer leurs succès acquis à l’aller; ou bien à l’Etoile et à l’ASH de remettre les compteurs à zéro. Verdict ce soir.


La première journée du play-off nous a permis d’assister à deux rencontres aux antipodes l’une de l’autre. Si le match, pourtant redouté, entre l’Espérance et l’Etoile dans la salle Zouaoui s’est déroulé dans une ambiance qui méritait d’être relevée; celui qui opposa l’ASH au CA se joua dans un climat détestable de violence et de contestation qui ne fait guère honneur à leur auteurs.


Dans ce cadre, la Fédération Tunisienne de handball assume la responsabilité dans la mesure où elle n’a pas aidé à la sérénité des acteurs et donc des débats.


Espérons, cependant, que cette situation ne s’éternise pas et que les deux équipes disputent cette seconde manche dans une bonne ambiance.


Car la petite famille du handball, qui rétrécit comme peau de chagrin, n’a pas besoin de cela si elle entend contribuer à la progression de ce sport.


 


Les atouts du CA


Revenons maintenant à la rencontre elle-même, c’est finalement la pratique sportive qui nous importe le plus, pour dire que le CA a réalisé un grand pas vers la qualification en finale du play-off du championnat.


Les hommes de Hafedh Zouabi disposent désormais d’un avantage psychologique non négligeable sur une équipe hammamétoise qui manque de caractère lorsqu’elle évolue loin de ses bases.


Sans être particulièrement transcendants, les clubistes s’appuient sur le métier, l’expérience et la grande forme de Makram Missaoui ainsi que sur la force de frappe de Aymen Hammed et le talent de Maher Kraiem pour damer le pion à leurs adversaires.


Pour l’instant, cela s’avère suffisant d’autant plus que les jeunes Mahmoudi, Lagha, Ben Hassine ou encore Jebara et Ajroudi sont capables de combler les éventuelles défaillances des ténors.


Dans sa salle fétiche d’El Gorjani où seule l’Etoile a gagné cette saison le CA devrait s’en tirer à son avantage.


Cependant les hommes de Mongi Bennani, qui auront intérêt à maîtriser leurs nerfs, n’auront plus rien à perdre. Car une défaite signifierait pour eux la perte de toutes leurs illusions, du moins pour cette saison.


Ils joueront donc leur va-tout et nous pensons qu’ils disposent de suffisamment d’arguments techniques, physiques et tactiques; collectifs ou individuels à même de leur permettre d’inverser la tendance.


Leur vivacité et leur rapidité ainsi que les qualités techniques des Khédira, Nijaoui, Boudhina, Mami ou Labidi peuvent permettre aux hammamétois de prendre leur revanche. Un tel résultat prendra quant même l’allure d’un véritable exploit.


 


Pression sur l’Etoile


Le second match aura lieu dans la salle olympique de Sousse entre l’Etoile et l’Espérance. Un sommet classique qui a toujours tenu en haleine et passionné tous les férus de handball.


Le match s’annonce d’autant plus passionnant que l’Etoile jouera, là- aussi et à l’instar de l’ASH, sa dernière carte. Autrement, elle se retrouvera exclue de la course pour la conquête d’un titre national.


Pourtant l’Etoile a nettement dominé la compétition et cela jusqu’à la 21ème journée de la première phase où on a senti qu’un ressort s’était cassé au sein du groupe. C’était au lendemain de l’élimination en coupe de Tunisie devant l’ASH. Cette défaite a déclenché une espèce de malaise qui s’est vérifié par la suite lors des matches contre le Club Africain puis contre l’Espérance.


La solution d’opter pour le remplacement de Nicolas Stepenets par Sayed Ayari s’est donc imposée aux dirigeants du club. Cependant l’ex-coach national a reconnu après la première manche contre l’Espérance que le contexte psychologique dans lequel vit son équipe est difficile et qu’il ne connaissait pas encore très bien les capacités réelles de ses joueurs.


Autrement dit Sayed Ayari ne possède pas de baguette magique pour tout changer en une dizaine de jours. Mais aujourd’hui, il devra trouver surtout les mots pour galvaniser ses troupes car l’Etoile possède des compétiteurs confirmés capables de battre n’importe quel adversaire, à l’instar de Saied, le meilleur étoilé à l’aller, Hedoui, Sacha, Ghali ou Seboui.


Quant à l’Espérance, elle semble revenir de loin mais elle le fait à petits pas, tranquillement et sans crier ses ambitions sur tous les toits.


En fait, il n’y a aucune pression sur les joueurs ou sur les entraîneurs pour ramener un titre. C’est ce qui leur a d’ailleurs permis de bien travailler et d’exploiter le championnat pour peaufiner sa préparation, ses schémas collectifs que ce soit sur le plan défensif ou sur le plan défensif.


Individuellement aussi plusieurs joueurs ont progressé à l’image d’un Hassine Gandoura qui a retrouvé son efficacité, Ben Abdallah, Settari, Gharbi ou Hmem.


L’équipe Sang et Or forme surtout un bloc solidaire - renforcé par l’esprit de groupe qui y règne - et solide, avec notamment une défense vigilante et très présente avec Chebbah ou les deux excellents gardiens que sont Wassim Helal ou Slim Zheni.


Bref l’Espérance jouera pour gagner à Sousse. Elle en a les moyens mais il faudra qu’elle puise au fond d’elle-même pour y parvenir.


Un match passionnant en perspective...


 


Abdellatif




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com