L1 (25ème J.) : L’Etoile en grand champion





On l’a déjà rappelé sur nos colonnes dimanche dernier : l’Etoile donne l’impression d’avoir retenu les leçons du passé et ne va pas attendre le dernier moment, avec ses aléas et sa pression, pour aller chercher un titre convoité depuis dix ans.


 


Que ce soit à Sfax ou ailleurs, tant que l’occasion s’est présentée, il y a pas de raison de douter ou de faire des calculs. Faouzi Benzarti l’a compris et a su passer le message à ses joueurs.


Le résultat n’a pas tardé et les Etoilés ont brillé à Sfax même, là où les attendait, pourtant, un CSS gonflé à bloc pour se venger d’une défaite humiliante et historique à l’aller.


D’ailleurs, à voir la tension qui a régné sur le terrain, on comprend facilement les raisons qui ont bloqué les Sfaxiens qui ont tout fait pour battre leurs adversaires, mais ils se sont mis sur les épaules une énorme pression qui a fini par leur faire oublier qu'un match se gagne avec les pieds, mais aussi avec la tête.


Pour parler du nouveau champion, sacré à une journée de la fin, il n’y a pas que le match d’avant-hier. Un titre se gagne sur toute une saison et c’est l’Etoile qui a su le faire mieux que les autres. Mieux encore, ce sont ses adversaires qui étaient tombés, cette fois-ci, dans le piège qui a privé l’ESS du titre à plusieurs reprises.


Au Mhiri, Ghezal et ses coéquipiers ont fait preuve d’une grande maturité. Menés au score, ils ont su réagir en seconde mi-temps et, la réussite aidant, prendre l’avantage et tenir bon quand il a fallu défendre. A lui seul, le match de Sfax a permis de se rendre compte de la force de l’Etoile, aussi bien dans les jambes que dans la tête. Il y a lieu de rappeler, à ce propos, les déclarations des joueurs après le match ESS-USM à Sousse lorsque Ghezal a raté un penalty à l’ultime minute. «Non, il n’a pas compromis nos chances pour le titre, il n’a fait que retarder l’échéance» avaient dit ses coéquipiers.


Et ça se voit qu’ils ont beaucoup appris au niveau de l’expérience et de la force de caractère. Ils n’ont pas douté, ils n’ont pas tremblé, et ils ont su remporter méritoirement un titre de champion pourtant contesté jusqu’au bout par le CA et l’USM. Pendant les quatre dernières journées, l’Etoile n’a pas perdu le Nord et a su profiter pleinement des erreurs de parcours du CA et de l’USM. En fin de compte, elle a mérité d’être sacrée car elle était la meilleure et elle a su, grâce à une phase retour presque parfaite, combler son retard sur le champion d’automne et le semer au finish.


Cela étant, les deux principaux poursuivants de l’Etoile auraient pu, à leur tour, mieux faire. Les Monastiriens, pourtant très séduisants au niveau du jeu, n’ont pas eu la force mentale nécessaire pour aller jusqu’au bout. Ils ont dilapidé bon nombre  de points sur la ligne droite et ça ne pardonne pas. Pour sa part, le CA a calé au moment où l’on s’y attendait le moins, car rien ne manquait à cette équipe pour remporter le titre, sauf peut-être une plus grande lucidité chez les joueurs, l’entraîneur et l’équipe dirigeante.


Cette légèreté, à ce niveau, leur  été fatale, au grand dam d’un public en or qui a su passer le message dimanche dernier à El Menzah car il méritait tout de même une plus grande considération et un plus grand sacrifice de la part des joueurs qui doivent savoir qu’une victoire «inutile» face à El Gawafel ne fera jamais oublier à leur public l’amère déception en cette fin de saison réellement tragique pour cette équipe qui n’a jamais été aussi proche du titre durant ces dix dernières années.


 


Un trio pour... l’enfer !


Le champion connu, le suspense va rebondir sur la queue du classement, puisqu’à une journée de la fin, trois équipes demeurent menacées et tout peut arriver le 27 mai prochain pour connaître les deux malheureux relégués. Le CAB qui renaît de ses cendres continue à chasser le miracle. Les Bizertins, qualifiés pour la finale de la Coupe de Tunisie prévue dimanche prochain à Radès, continuent sur leur lancée avec une belle victoire face à l’ASM, alors que l’EOGK a enfin  renoué avec la victoire après une traversée du désert qui a duré treize journées. Sa victoire, très contestée par les Stadistes à cause d’un arbitrage catastrophique, lui permet de devancer aussi bien le CAB que l’ESHS. Ce dernier, auteur de l’exploit de la saison jeudi dernier devant le CA, a curieusement plié à domicile contre l’ESZ, un concurrent direct qui a su sauver sa peau et se mettre définitivement à l’abri grâce à une première mi-temps de rêve qui a mis les locaux à genoux.


Notons, tout de même, que la dernière journée sera intéressante pour les poursuivants du champion car le duel USM-CA va permettre de connaître le second classé qui se trouvera qualifié pour la Ligue des champions. Une maigre consolation pour les Clubistes, mais ce sera presque un exploit pour les Monastiriens qui, en cas de victoire, s’assureront ce «petit sacre».


 


Kamel ZAIEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com