Un rapport à méditer





Dans son rapport annuel, Amnesty international a épinglé les Etats-Unis accusés d’un double langage concernant les droits de l’Homme qu’ils piétinent sans vergogne tout en se disant champions en la matière, se donnant ainsi le droit de critiquer les autres pays qui essaient tant bien que mal des les appliquer.


Les exemples corroborant cette thèse ne manquent pas. Fin 2006, des milliers de personnes étaient toujours détenues par les Etats-Unis, sans inculpation ni jugement, en Irak, en Afghanistan et sur la base navale américaine de Guantanamo à Cuba. Par ailleurs et malgré plusieurs décisions de justice défavorables, le gouvernement des Etats-Unis a persisté à appliquer des politiques et des pratiques non conformes aux normes en matière de droits de l'Homme.


L’organisation internationale relève à ce propos qu’aucun haut responsable du gouvernement des Etats-Unis n'a été amené à rendre des comptes pour les actes de torture et les mauvais traitements infligés aux personnes arrêtées dans le cadre de ce qu’ils appellent la « guerre contre le terrorisme » et ce malgré les éléments de preuve établissant le caractère systématique de ces violences.


Une politique américaine qui, estime l'organisation de défense des droits de l'Homme, a profondément renforcé les divisions internationales.


Washington «ne se repent nullement d'avoir tissé au nom de la lutte contre le terrorisme un vaste réseau reposant sur des violations des droits humains», peut-on lire dans ce rapport. «La conséquence de cette politique, ajoute-t-il, est que l'autorité morale des Etats-Unis a chuté à son niveau le plus bas dans le monde entier alors que l'insécurité reste aussi forte qu'auparavant».


Un constat alarmant et qui donne matière à réflexion sur les leçons des droits de l’Homme et de démocratie donnés par Washington au reste du monde. Notamment aux pays en voie de développement.


Des leçons que la plus grande force militaire au monde oublie de donner à son allié israélien, lui aussi, épinglé par ce rapport.


Selon ce dernier, des soldats et des colons israéliens ont commis des violations graves des droits humains des Palestiniens, notamment des homicides illégaux, généralement en toute impunité.


Et qui pourra bien les punir alors que celui qui se dit le gendarme du monde sévit encore plus notamment en Irak où chaque jour les civils paient de leur sang le prix de la «démocratie» et des «droits de l’Homme» importés à coup de canons du pays de l’Oncle Sam!…


Ainsi qu’on ne fasse plus de leçons de morale! Ce qui rappelle notre dicton populaire, à savoir que «le chameau n’arrive pas à regarder sa propre bosse»…


 


M.A.B.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com