U.S.M. : Des départs et des inquiétudes





Au moment où les «Azurristes» ont besoin de toute leur sérénité psychologique pour aborder cette rencontre capitale avec un moral intact et un climat propice, il semble que les dernières nouvelles, (relatives au départ prématuré de certains joueurs) portées comme étant officielles, aient perturbé l’esprit de tout l’entourage.


Nous sommes fin mai, et les contrats des joueurs concernés par les départs  n’expireront que le 30 du mois prochain. Nous sommes en droit de nous demander les raisons de ces troubles venus au mauvais moment.


 


Nevez et les autres


Au fond, il ne s’agit pas que de ce Cap-Verdien que d’autres clubs, d’ici et d’ailleurs, cherchent à s’assurer les services.


Son compatriote Adriano qui a déjà signé à l’EST, Ben Abdelkader, Alaya, Nefzi, Achour, Mzali et Ben Belgacem, sont, eux aussi, dans le collimateur de trop de convoitises. Cela sans compter les Mosrati, fraîchement convoqué en équipe nationale olympique, Falhi qui sera libre au terme de cette saison, et Tarek Salem ayant rempli ses engagements de 2 saisons à l’USM.


Nous n’avons point voulu avancer les noms des clubs acquéreurs, qu’ils soient tunisiens, des E.A.U., ou de l’Arabie Saoudite. Nous nous sommes contentés de noter que les offres fusent de toutes parts, et que les dirigeants nous ont confirmé qu’aucun accord n'a été conclu. Il est vrai que les difficultés financières rencontrées cette saison ont été la cause pour d’éventuelles autorisations de sortie. Il n’en demeure pas moins que la valeur boursière des joueurs convoités appelle à des méditations avant de prendre la moindre décision. En parallèle à ces départs annoncés, l’effectif ne devra point en souffrir, pour trouver les nouvelles recrues de rechange afin de sauvegarder l’intérêt du club.


 


Quelle réaction des supporters ?


Au début du mois de janvier dernier et face aux rumeurs selon lesquelles Nevez serait sur le point de partir, les fans monastiriens se sont opposés énergiquement à ce transfert, avant de combler l’offre parvenue au joueur par une collecte de fonds ayant contribué à son maintien jusqu’à la fin de l’actuelle saison, avec, en plus, la condition de ne le libérer que contre une offre de 500 mille dinars au moins. Le même scénario s’est reproduit avec Jerry, convoité par un club émirati. Seul le Zambien Owen Mondabay a échappé à la règle pour être prêté pour une durée de 4 mois. Pour la suite, il nous est difficile de définir la nature de la réaction de ces mêmes supporters face à cette migration attendue. Nous y reviendrons.


 


M. NABLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com