«Beït Al-Hikma» : «La religion de l’amour» trait par trait





L’Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts «Beït Al Hikma» sera rythmée à l’iranienne. Un colloque traitant du parcours du penseur perse Jaleleddine Rûmi et de ses écrits qui ont fondé «la religion de l’amour» sera lancé, demain et après-demain, à «Beït Al-Hikma» en présence d’une brochette d’intellectuels tunisiens et iraniens.


 


L’œuvre du poète, mystique Jaleleddine Rûmi et ses expériences spirituelles dans l’envol de l’âme ou ce qu’il a appelé «La religion de l’amour» seront les grands axes de cette rencontre réunissant des grands noms de la scène intellectuelle tunisienne et iranienne. Une rencontre qui sera dédiée à la mémoire de ce penseur qui a légué des œuvres intarissables traduisant l’incandescence de la passion. Son «Masnawié Ma’nawi» ne cesse de séduire les chercheurs d’aujourd’hui par cette énergie et cette poésie qui se dégagent de chaque ligne. Dans cette mine d’idées et d’émotions, les conférenciers de «Beït Al-Hikma» vont se plonger deux jours durant, pour offrir à l’assistance des fragrances de l’univers particulier de Rûmi et ce à l’occasion de la célébration du huitième centenaire de sa naissance. Le coup d’envoi de ce colloque sera lancé par le professeur philosophe et président de l’Académie tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts, M. Abdelwaheb Bouhdiba, à partir de 9h30, en présence de son excellence, Mohamed Taqui Mouayed, l’ambassadeur de la République Islamique d’Iran en Tunisie. Trois séances scientifiques sont à l’affiche de cette première journée qui sera ponctuée par la présence d’une pléiade d’intellectuels iraniens dont on cite: M. Mohamed Sader Hechmi en sa qualité de chercheur, traducteur et président du Centre des études islamiques à Téhéran, MM. Mustapha Nejriane Zadeh, directeur du Centre culturel iranien en Tunisie, Mohamed Jawed Vaziri Ferd, chercheur et vice-président de l’Organisation de la culture et des relations islamiques pour les affaires de recherches et de l’éducation, l’écrivain Bahmen Namour Motlaq, Ghala Mardha Aâwani, le président du comité de la sagesse et la philosophie...


Cette présence massive iranienne sera une aubaine pour débattre de plusieurs sujets relatifs à l’échange culturel surtout qu’un bon nombre de chercheurs tunisiens seront à l’affiche de ce colloque. Du côté de nos universitaires, M. Mohamed Bettayeb, Raja Farhat, Taoufik Ben Ameur, Abou Yaârib-Al Marzouki, Férid Ktat et d’autres encore présenteront des lectures différentes de l’œuvre de Rûmi. Une rencontre de haute facture en perspective pour ceux qui s’intéressent à l’expérience du soufisme et à la littérature iranienne dont Jaleleddine Rûmi est l’un de ses plus grands symboles.


 

Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com