Turquie-USA : Le ton monte d’un cran





Le Quotidien-Agences


Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a mis en garde les Etats-Unis contre les violations répétées de l'espace aérien turc à la frontière avec l'Irak, brandissant la menace d'actions qu'il n'a pas précisées.


"Nous les avons avertis de ne pas recommencer...Si cela se reproduit...si cela prend une tournure différente, ce que nous ferons est évident", a déclaré Erdogan dans une interview avec la chaîne de télévision d'informations en continu NTV.


Il n'a pas fourni d'autres précisions sur le type d'actions que la Turquie pourrait engager.


Auparavant, le ministère turc des Affaires étrangères avait remis une protestation officielle à l'ambassade des Etats-Unis au sujet de deux violations de l'espace aérien turc à la frontière avec l'Irak le 24 mai par deux F-16 américains.


Selon l'état-major turc, les deux chasseurs américains sont restés dans l'espace aérien turc pendant quatre minutes. Les responsables américains ont affirmé que ces violations avaient été "accidentelles".


Mais l'incident a fait la une des journaux, certains d'entre eux suggérant qu'il s'agissait de violations délibérées visant à intimider la Turquie au moment où Ankara envisage une incursion dans le nord de l'Irak pour frapper les bases de rebelles kurdes qui y ont trouvé refuge.


A Washington, le porte-parole du département d'Etat, Tom Casey, a souligné qu'une enquête était en cours et qu'"il s'agit d'une violation non intentionnelle de l'espace aérien turc".


"Nous sommes très respectueux de la souveraineté turque et de l'espace aérien turc et en fonction de notre enquête nous allons nous assurer d'avoir pris les mesures nécessaires pour que ce type d'incident ne se renouvelle pas", a-t-il dit.


Washington est opposé à des incursions turques dans le nord, mais Ankara affirme être à bout de patience en ce qui concerne l'immunité dont le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) jouirait dans le nord de l'Irak gouverné par les Kurdes irakiens.


Cette affaire a empoisonné les relations entre la Turquie, membre de l'Otan, et les Etats-Unis, Ankara rappelant que le PKK, tout en étant classé tant par Washington que par Ankara parmi les organisations terroristes, parvient à s'approvisionner en armes et en munitions dans le nord de l'Irak pour ensuite viser des cibles turques.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com