Liban : Violents combats autour du camp assiégé de Nahr el-Bared





Le Quotidien — Agences


L'armée libanaise, qui a perdu six soldats en 36 heures, pilonnait hier les combattants du Fatah al-Islam retranchés dans le camp palestinien de Nahr el-Bared au Liban nord, une offensive qualifiée de décisive pour venir à bout des extrémistes.


"La bataille continuera jusqu'à éradiquer ce phénomène" du Fatah al-Islam, a indiqué un porte-parole de l'armée, réaffirmant que "le seul choix pour les hommes armés est de se rendre", ce que Fatah Al-Islam refuse depuis le début du bras de fer le 20 mai.



L'armée, qui a resserré l'étau autour du camp de réfugiés vendredi dans les pires combats en deux semaines, bombardait aux canons de 155 mm, installés sur les collines aux entrées est du camp, des positions du groupe extrémiste.


Des colonnes de fumée noire se dégageaient du camp à la reprise des violents combats le matin après une nuit ponctuée de tirs intermittents.


Les combattants extrémistes tirent aux lance-roquettes et aux mitrailleuses contre les soldats qui "ne sont pas entrés au camp mais l'assiègent du nord et de l'est", a dit un responsable palestinien à Nahr el-Bared, Abou Imad Wanni.


"L'assaut final devrait être achevé dans 48 heures", titre le quotidien francophone L'Orient Le-Jour. "L'armée a lancé la bataille décisive, le Fatah al-Islam est sur le point de s'effondrer", écrit son confrère An-Nahar.


"Nous n'avons fixé aucun délai pour la bataille, notre priorité est d'épargner les civils", a affirmé le porte-parole militaire. "Si ce n'était pour les civils, nous aurions pu achever notre mission en l'espace de deux heures".


Quelque 5.000 réfugiés se trouvent encore dans le camp, après la fuite de quelque 25.000 dans le camp voisin de Baddaoui et dans les régions proches à la faveur d'une trêve après les premiers jours de combat.


Cependant depuis plusieurs jours tous les accès du camp sont interdits par l'armée de crainte que des combattants ne prennent la fuite. Nahr el-Bared est bordé à l'ouest par la mer et à l'est par la route menant à la frontière syrienne.


Il a subi de graves dommages dans les combats, alors que "les conditions des réfugiés dans le camp sont très difficiles", selon Rifaat Chanaa, porte-parole officiel palestinien au Liban.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com