A cause de l’obsession sécuritaire : Washington veut imposer des visas à tous les Européens





Le Quotidien-Agences


Au nom de l'égalité de traitement revendiquée par les Etats membres de l'Union européenne, les voyageurs français, allemands ou britanniques pourraient bientôt voir leurs conditions d'entrée aux Etats-Unis se durcir sensiblement. Tel est le résultat probable des divisions européennes couplées à l'obsession sécuritaire américaine post-11 septembre 2001.


Instauré en 1986, un programme de dispense de visa (Visa Waiver Program-VWP) s'applique aux ressortissants de vingt-sept pays, essentiellement d'Europe de l'Ouest (plus l'Australie, Brunei, Singapour et la Nouvelle-Zélande). Il permet aujourd'hui aux touristes munis de passeports lisibles électroniquement de se rendre aux Etats-Unis sans visa pour des séjours de trois mois maximum. Après l'élargissement de l'UE à douze Etats en majorité issus de l'ex-bloc de l'Est, les autorités européennes ont fait pression sur Washington pour qu'ils bénéficient des mêmes facilités. Mais les autorités fédérales américaines préfèrent trancher chaque cas individuellement, selon des critères très restrictifs : un pays dont les demandes de visa essuient un taux de refus de 2 % est ainsi disqualifié pour le programme de dispense.


Du coup, c'est la course entre les nouveaux membres de l'Union, qui comptent sur la qualité de leur coopération dans la lutte antiterroriste -et, dans certains cas, sur l'influence de leur diaspora aux Etats-Unis- pour s'attirer les faveurs de l'Administration. Alors que les représentants de l'Allemagne (présidente en exercice) et de l'UE à Washington multiplient les interventions au Congrès en faveur de l'égalité de traitement, un responsable du dossier dénonce «le manque de solidarité et la mauvaise foi de quelques-uns, qui préfèrent s'entendre avec les Etats-Unis plutôt que s'accorder avec leurs partenaires européens». Le reproche vise directement la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, «dans cet ordre».




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com