Malgré ses inquiétudes : Washington calme le jeu avec Pékin





Le Quotidien - Agences


Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a exprimé hier son optimisme sur les relations avec la Chine malgré les inquiétudes sur le renforcement militaire du géant asiatique.


"Nous sommes préoccupés par l'opacité des dépenses militaires de Pékin et ses programmes de modernisation -- ces questions sont abordées dans le rapport sur la puissance militaire chinoise qui vient d'être publié par le gouvernement américain", a déclaré Gates lors d'une conférence régionale sur la sécurité à Singapour.


"Mais, a-t-il ajouté (...), il y a une différence entre "capacité" et "desseins" Et je pense qu'il y a des raisons d'être optimiste sur les relations entre les Etats-Unis et la Chine".


"Nous avons renforcé les contacts militaires à tous les niveaux, qui se sont illustrés lors de la dernière visite du général Peter Pace (chef d'état-major interarmées, plus haut gradé de l'armée américaine, ndlr) qui s'est assis dans le cockpit d'un chasseur chinois", a ajouté Gates en insistant sur "l'énorme partenariat économique et commercial" entre les deux pays.


Ses déclarations mesurées tranchent avec celles de son prédécesseur Donald Rumsfeld qui avait appelé Pékin, en juin 2006, à "démystifier" son budget militaire.


"La Chine trouverait avantage à démystifier les raisons pour lesquelles elle investit ce qu'elle investit", avait lancé Rumsfeld lors de ce même forum.


Pékin a annoncé début mars une augmentation de 17,8% de son budget militaire pour atteindre 45 milliards de dollars en 2007. Mais le renseignement militaire américain (DIA) "évalue le total des dépenses militaires de la Chine pour 2007 entre 85 et 125 milliards de dollars", selon le rapport du pentagone publié le 25 mai.


Sur le chapitre du nucléaire iranien, le secrétaire américain à la Défense a lancé un appel à l'unité pour que la communauté internationale renforce ses sanctions contre Téhéran tout en jugeant que l'option militaire n'était "dans l'intérêt de personne".


"Je pense que tout le monde dans cette salle souhaite une solution diplomatique au problème. Tenter de le résoudre militairement n'est dans l'intérêt de personne", a-t-il dit.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com