Déchets industriels et ménagers : Branle-bas de combat…





La gestion durable des déchets est une priorité stratégique dans la politique mise en place en Tunisie pour la protection de l’environnement. Les actions entreprises dans le domaine et les perspectives de leur développement font l’objet de la conférence qui se tient depuis hier à Tunis à l’initiative de l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED)…


 


Tunis - Le Quotidien


L’explosion urbaine et la croissance de l’activité industrielle que connaît la Tunisie depuis quelques années sont en train de s’accompagner par une augmentation conséquente des quantités de déchets produits. Le ministre de l’Environnement et du développement durable a fait remarquer que deux millions de tonnes de déchets ménagers et plus de 200 mille tonnes de déchets industriels sont produites chaque année dans notre pays. M. Nadhir Hamada, qui a exposé dans son allocution d’ouverture ce qui a été accompli et ce qui devrait être réalisé en matière de gestion des déchets en Tunisie, a indiqué que l’absence d’une stratégie de gestion efficace des déchets durant plusieurs décennies a engendré la dégradation de l’environnement et ce en raison notamment de la multiplication des décharges sauvages à proximité des villes. Le ministre a notamment signalé la mise en place d’un programme intégral destiné à optimiser la gestion des déchets. Moyennant des fonds d’une valeur globale de 200 millions de dinars, la Tunisie doit pouvoir renforcer son infrastructure à travers l’élimination des décharges sauvages et la réalisation des décharges contrôlées en plus de la multiplication et la diversification des programmes de revalorisation des déchets recyclables. «La stratégie nationale a pour objectif de gérer, d’ici 2009, 93% de nos déchets ménagers. Ce taux doit atteindre 98% en 2011», affirme le ministre.  


Pour atteindre ces objectifs, la stratégie comprend la réalisation de 8 décharges contrôlées et 20 centres de transformation d’un total de 9 décharges programmées dans le cadre du 10ème Plan de développement. Dans le même registre, des études sont actuellement en cours d’élaboration pour la réalisation de trois décharges contrôlées et 9 centres de transformation dans les gouvernorats de Zaghouan, Tozeur et Mahdia.


Toujours au chapitre de la gestion des déchets domestiques, de nouvelles décharges sont programmées pour être réalisées respectivement dans la capitale, Béja, Jendouba, Siliana, Kef, Gafsa, Kasserine et Sidi Bouzid. Des appels d’offres ont été parallèlement lancés pour réaliser des décharges contrôlées à Sousse, Monastir, Kairouan, Sfax Médenine et Nabeul. Outre les nouvelles réalisations, la stratégie comprend la restauration des décharges sauvages. L’action porte à ce niveau sur 13 décharges réparties dans les gouvernorats de Gabès, Bizerte et Djerba. 18 millions de dinars seront débloqués pour ces projets.


Concernant les déchets industriels, les quantités recensées ont été présentées hier par un expert de l’ANGED au cours de la première journée de la conférence. Classées dans la catégorie des matières dangereuses, le bilan des déchets industriels est composé de 144 mille tonnes produites chaque année par les différentes branches de la filière industrielle en Tunisie. Pour optimiser la gestion de ces déchets dangereux il a été décidé de créer une centrale de gestion grâce à un investissement global de l’ordre 30 millions de dinars. Cette unité permettra de traiter 90 mille tonnes par an. Ce projet est actuellement à 90% de sa réalisation.


Toujours en ce qui concerne des déchets à risque, on a annoncé au cours de cette rencontre qu’une action a été menée sur tout le territoire pour recenser les quantités des pesticides périmés. L’action s’inscrit dans le cadre du programme mis sur pied en partenariat avec la Banque Mondiale, la FAO et le Fonds Français de l’Environnement par le biais duquel la Tunisie bénéficie d’un financement sous forme d’un don de 7 millions de dinars.


 


H. GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com