Examen d’évaluation de la 4ème année de base : Plus de peur que de mal pour les tout petits





183.000 élèves passent depuis hier les épreuves de l’examen d’évaluation au niveau de la 4ème année de base.


Pour les parents comme pour les petits, on stresse…


 


Tunis - Le Quotidien


Le stress a été au rendez-vous hier dans les écoles primaires où se déroulent les épreuves de l’examen d’évaluation des acquis des élèves de la 4ème année de base. Les nombreux communiqués officiels rassurants publiés par le ministère de l’Education et de la Formation n’ont pas dissipé les craintes des élèves et des parents. Ceux-ci ne comprennent toujours pas «l’utilité pédagogique» de cet examen de passage dont les épreuves portent sur la lecture, la compréhension et la rédaction en langues arabe et française, les mathématiques et l’éveil scientifique. «Nous avons été surpris par la décision du ministère qui a renoncé il y a quelques mois à l’examen de la 6ème année de base afin de ne pas stresser des élèves âgés de 12 ans. Ne s’agit-il pas d’une contradiction criante, s’emporte un parent qui accompagnait sa fille visiblement stressée. Même son de cloche chez les enseignants qui connaissent le mieux les capacités et les besoins des élèves. «L’examen a été décidé d’une façon unilatérale par les autorités de tutelle. On aurait dû consulter les enseignants, les associations, les syndicats et les experts. Après tout, le niveau de nos élèves ne s’améliorera pas grâce à cet examen», indique un instituteur exerçant dans une école de la capitale.


 


Rectificatifs


Annoncé en mars dernier dans un communiqué officiel, l’examen d’évaluation a soulevé une vive polémique auprès des parents et des enseignants qui y ont vu une «réforme parachutée susceptible de transformer l’école en champ d’expérimentation». Et c’est pour cette raison d’ailleurs que les autorités de tutelle ont été contraintes d’apporter des rectificatifs visant à rassurer les diverses parties concernées. Plusieurs communiqués publiés sur les colonnes de la presse ont expliqué que l’examen sert à «mesurer le niveau des acquis des élèves après quatre années de scolarité».


Ces communiqués ont également éclairé la lanterne sur les différents critères d’évaluation. Il en ressort que l’organisation de l’examen se fait au niveau régional, c’est-à-dire que l’élève reste dans sa classe.


Le passage à la 5ème année de base est assuré pour tout élève ayant la moyenne dans l’examen d’évaluation ou ayant obtenu la moyenne annuelle calculée sur la base des résultats de l’examen d’évaluation et de ceux du premier et du 2ème trimestres.


Les élèves ayant obtenu une moyenne comprise entre 8 et 9,99 sur 20 bénéficient du rachat de la part du Conseil des instituteurs de leurs écoles.


Par delà les divergences sur l’utilité de l’examen, les épreuves de langue arabe que les élèves ont passées hier ont été à la portée de l’élève moyen selon les enseignants. C’est dire que l’examen a, in fine, provoqué plus de peur que de mal auprès des élèves et des parents.


 

W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com