Palestine : Main basse du Hamas sur Gaza





* Abbas décide de limoger le cabinet et proclamer l’état d’urgence


 


Le Hamas était hier en passe d'imposer son contrôle sur la bande de Gaza en scellant la déroute des forces de sécurité fidèles au Fatah du président Mahmoud Abbas qui a décidé de limoger le cabinet et proclamer l’état d’urgence . Les troubles gagnent la Cisjordanie…


 


Le Quotidien-Agences


Des activistes lourdement armés du Hamas, à l'issue des combats acharnés qui ont fait 14 morts et 70 blessés, se sont emparés d'un complexe clé de la Sécurité préventive à Gaza, d'un deuxième QG sécuritaire à Rafah, dans le sud du territoire et étaient en passe de prendre un troisième à Beit Lahya (nord).


Au total, 20 Palestiniens ont été tués dans les combats entre factions rivales hier, portant à 103 le bilan des morts depuis le début de la dernière vague de violence le 7 juin.


Des combattants du Hamas ont également donné l'assaut au plus important QG de la Sûreté nationale à Gaza-ville, appelant les forces présentes à se rendre, selon des témoins.


La télévision du Hamas a diffusé des images montrant des membres de la Sécurité préventive en train de quitter le bâtiment les mains en l'air, certains en sous-vêtements, sous le regard de combattants islamistes cagoulés.


Le drapeau vert du Hamas a été dressé sur la bâtisse et le quartier où se trouve la Sécurité préventive, Tal al-Hawa  a été rebaptisé par le Hamas "Tal al-Islam" .


Dans un communiqué, la branche armée du Hamas a affirmé avoir saisi dans le bâtiment des documents "prouvant que ce service complote et coordonne avec l'ennemi sioniste pour assassiner les chefs de la résistance".


Par ailleurs, des combattants du Hamas ont fait exploser un studio  relais de la radio oficielle Voix de la Plastine à Gaza.


 


Réunion


Alors que la violence faisait rage à Gaza, Abbas le lomogage du gouvernement d'union dominé par le Hamas et auquel participe le Fatah, son parti.


Le Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (CEOLP) lui a recommandé de dissoudre ce gouvernement lors d'une réunion d'urgence qu'il a présidée à Ramallah, en Cisjordanie.


Le CEOLP a également recommandé à Abbas, président de l'Autorité palestinienne et du CEOLP, de proclamer l'état d'urgence dans les territoires palestiniens et de former un cabinet d'urgence, a indiqué à la presse un conseiller de Abbas, Nabil Amr.


Le CEOLP a aussi demandé à Abbas d'exiger une protection internationale, de proclamer hors-la-loi la branche armée du Hamas et sa "force exécutive" ainsi que d'organiser des élections anticipées.


Un gouvernement d'union nationale entre le Hamas et le Fatah, dirigé par le Premier ministre islamiste Ismaïl Haniyeh, est en place depuis mars après un accord de réconciliation signé en Arabie saoudite destiné à mettre fin aux violences partisanes sanglantes.


Depuis l'arrivée du Hamas à la tête du gouvernement en mars 2006, une âpre lutte pour le pouvoir l'oppose au Fatah, se cristallisant autour des services de sécurité qui comptent des dizaines de milliers d'hommes pour la plupart fidèles au parti de Abbas.


Cette lutte a donné lieu à des violences qui ont fait des centaines de morts.


Les plus radicaux des chefs du Hamas, persuadés que le Fatah se sert des services de sécurité pour empêcher le mouvement islamiste de gouverner, affirment que les combats actuels visent à purger ces services des "putschistes", les accusant d'être à "la solde d'Israel".


La branche armée du Hamas a ainsi adressé un ultimatum expirant vendredi à 16H00 GMT aux membres de ces services pour qu'ils lui remettent leurs armes.


Commentant les exploits du Hamas, son porte-parole Sami Abou Zouhri a ainsi affirmé que les Palestiniens assistaient "à une deuxième libération de la bande de Gaza, la débarrassant des hordes des traîtres après l'avoir débarrassée des colons juifs".


Les accrochages ont commencé à gagner la Cisjordanie aussi.


Des activistes du Fatah ont pillé dans la nuit quatre bureaux relevant du Hamas à Naplouse et brûlé jeudi le siège des députés islamistes de la ville.


Des dizaines d'activistes du Hamas ont en outre été arrêtés par des services fidèles au Fatah dans différentes villes de Cisjordanie.


Le bureau d'une association relevant du Hamas a également été brûlé à Ramallah alors qu'à Bethléem des inconnus ont incendié la voiture d'un dignitaire religieux issu du Hamas.


_________________


 


Exécution d'un chef militaire du Fatah


 


Le Quotidien-Agences


La branche armée du Hamas a annoncé avoir exécuté hier, dans la bande de Gaza, Samih al-Madhoune, important chef militaire des Brigades des Martyrs d'al-Aqsa, issues du Fatah du président Mahmoud Abbas.


"Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont exécuté le criminel Samih Al-Madhoune l'un des chefs de la bande de collaborateurs dans la ville de Gaza. Il a commis de nombreux crimes contre les fils du peuple palestinien", a annoncé le groupe.


Aucune source médicale n'a dans l'immédiat confirmé la mort de Samih al-Madhoune, l'un des opposants du Hamas dans la bande de Gaza. Le Hamas l'accuse d'être l'auteur de plusieurs attaques contre des islamistes.


_________________


 


La Ligue arabe appelle à l'arrêt immédiat des violences


 


Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa a appelé hier les parties belligérantes à arrêter les violences dans la bande de Gaza et a mis en garde contre "les conséquences extrêmement négatives" de ces combats pour la cause palestinienne.


Amr Moussa a demandé "un arrêt immédiat des combats au nom de tous les Arabes", à l'issue d'une réunion des représentants permanents de la Ligue arabe au Caire.


Les représentants de la Ligue arabe ont souligné la nécessité de soutenir la médiation égyptienne à Gaza car "la délégation égyptienne représente l'ensemble des Arabes et son succès sera un succès pour la position arabe". Ils ont estimé qu'un échec de la médiation aurait "des conséquences extrêmement négatives".


Les ministres des Affaires étrangères arabes tiendront aujourd’hui au siège de la Ligue arabe au Caire une réunion extraordinaire pour examiner la situation dans la bande de Gaza et au Liban, secoué par des violences.


 


_________________


 


Plusieurs enfants tués dans l'explosion d'un obus de char israélien


 


Plusieurs enfants ont été tués dans l'explosion d'un obus de char israélien près de Rafah, ville du sud de la Bande de Gaza, ont annoncé HIER des responsables de la sécurité du Hamas. De sources hospitalières, on précise que cinq enfants, tous âgés de moins de 16 ans, sont morts. D'après des responsables de sécurité du Hamas, ils vivaient dans la communauté bédouine de Chowka, à l'est de Rafah.


On souligne de sources hospitalières qu'ils étaient membres de la famille Abou Matrok.


 


_________________


 


Israël exclut une réoccupation de la bande de Gaza


 


Al-Qods occupée-Agences


Israël ne lancera pas d'opération terrestre pour réoccuper la bande de Gaza pour empêcher le mouvement islamiste Hamas, engagé dans une sanglante épreuve de force avec le Fatah de Mahmoud Abbas, d'en prendre le contrôle.


"Israël n'a aucune intention de réoccuper la bande de Gaza", a affirmé hier Miri Eisin, porte-parole du Premier ministre Ehud Olmert. «Notre présence militaire à Gaza ne ferait que créer des problèmes plutôt que de les résoudre», a-t-elle ajouté.


Interrogée sur l'envoi éventuel d'armes aux forces du Fatah ou sur un possible dialogue entre Israel et le Hamas, la porte-parole est restée dans le vague en affirmant que "la situation est très compliquée et que toutes les options doivent être étudiées avec soin".




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com