Malgré le couvre-feu : Les attaques contre les GI’s et les sunnites se poursuivent en Irak





Cinq soldats américains ont été tués en Irak où les attaques interconfessionnelles se poursuivaient hier confirmant le chaos sécuritaire qui règne dans le pays


 


Le Quotidien-Agences


Cinq soldats américains sont morts en Irak, dont trois dans une attaque dans la province de Kirkouk, dans le nord du pays, a annoncé l'armée américaine.


"Trois soldats de la Task Force Lightning ont succombé à leurs blessures dues à une explosion près de leur véhicule alors qu'ils étaient en opération jeudi dans la province de Kirkouk", a indiqué hier l'armée dans un communiqué. Un soldat a également été blessé.


Un quatrième soldat de la Task Force Lightning "est mort de ses blessures reçues par des tirs d'armes légères au cours d'une opération dans la province de Diyala ", a-t-elle ajouté dans un autre communiqué.


Par ailleurs, un cinquième soldat de la même unité est mort dans un "incident non lié à des opérations de combat" qui "fait l'objet d'une enquête", a indiqué l'armée, sans donner plus de précisions.


Ces décès portent à 36 le nombre de militaires américains morts depuis début juin en Irak.


 


Représailles


Ailleurs dans le pays, le cercle des représailles interconfessionnel se poursuivait hier. Un mausolée sunnite des environs de Bassorah (sud) a été détruit dans un attentat hier matin.


"Un groupe de personnes s'est rendu ce matin au mausolée Talha Ebn Oubeidallah vers 06H00 (02H00 GMT), près de Zoubair (25 km à l'ouest de Bassorah), expliquant qu'ils voulaient le prendre en photo", a affirmé le général Ali Moussaoui.


"Ils ont ensuite placé des bombes tout autour qui ont explosé après qu'ils soient partis. Deux explosions à quelques minutes d'intervalle ont totalement détruit le mausolée, ses deux dômes et le minaret", a ajouté ce responsable du comité d'urgence formé par le gouvernement pour surveiller la situation sécuritaire dans la région de Bassorah.


Selon lui, les gardes en charge de la sécurité du site ont été arrêtés et des troupes ont pris position autour.


Plusieurs mosquées sunnites ont été la cible d'attaques depuis la destruction des deux minarets du mausolée de Samarra (nord) mercredi, à peine plus d'un an après l'effondrement du dôme dans un attentat en février 2006, qui avait déclenché la spirale de violences confessionnelles entre sunnites et chiîtes en Irak.


Des attaques qui interviennent malgré le couvre-feu imposé un peu partout dans le pays.


 


Déploiement


Entre-temps, environ 650 membres des forces irakiennes et américaines ont été déployés à Samarra, au nord de Bagdad, pour assurer la sécurité du mausolée chiîte cible d'un attentat mercredi, a annoncé hier l'armée américaine.


Environ 300 soldats irakiens, 290 policiers et une équipe de conseillers de la coalition sont arrivés à Samarra jeudi pour renforcer les forces de sécurité, a indiqué l'armée américaine dans un communiqué.


Ils seront chargés de les aider à assurer la sécurité à proximité du mausolée.


Selon le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, des membres des forces irakiennes chargées de la sécurité du mausolée de Samarra au moment des explosions sont impliqués dans l'attentat et d'après l'armée américaine, 13 policiers soupçonnés ont été arrêtés.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com