Les jeunes et l’humour: En dehors de la cruauté, tout est permis !





L’humour est une forme de l’esprit qui consiste à ressortir les aspects comiques et insolites de la réalité. Les jeunes sont réputés aimer la plaisanterie et le rire. Ils en profitent à chaque instant. Certains ont le sens de l’humour et leur compagnie est très agréable. D’autres en revanche font preuve d’une overdose d’humour grinçant qui peut aller jusqu’à tourner en dérision autrui…


 


Tunis-Le Quotidien


«Il suffit d’un rien pour qu’un jeune éclate de rire. Certains jouent même aux comiques pour « épicer » l’ambiance. Ils cherchent à divertir ceux qui les entourent et aiment déclencher l’hilarité au sein d’un groupe. Leur grande gaieté se manifeste par un esprit jovial et plaisantin. Généralement le sens de l’humour est apprécié par l’entourage. Les personnes amusantes et farceuses seraient d’agréable compagnie. D’ailleurs, certains jeunes choisissent leurs partenaires seulement parce qu’ils ont le sens de l’humour. Toutefois, certains ne le font pas dans les règles de l’art. La plaisanterie pour eux est dénuée de toutes considérations humaines. Il s’agit des « apôtres » de l’humour noir qui se permettent de rire des malheurs des autres. Le caractère triste et tragique de la réalité fait paradoxalement leur joie ! Le rire innocent et les taquineries inoffensives ne rassasient pas leur excès de zèle. Ils s’adonnent à toute une stratégie de dérision et de moquerie sur fond de mépris sarcastique pour qu’ils puissent se sentir bien dans leur peau. Les taquins s’adonnent volontiers à des ironies acerbes empreintes de propos déplaisants pour se faire remarquer. Et cela se fait aux dépens de leurs victimes qu’ils choisissent cruellement. Selon certains jeunes, les personnes caustiques et persifleuses sont bourrées de complexes et elles agissent avec autant de méchanceté parce qu’elles portent en horreur d’être critiquées. Le fait de tourner en dérision les autres leur garantit une certaine immunité d’être eux-mêmes sujets à la dérision. Mais une autre catégorie de jeunes pense que l’humour, même noir, n’a rien de méchant puisque cela relève du…sens de la plaisanterie»…


 


* Myriam, élève, 16 ans, est toujours à la recherche d’un caractère plaisant qui lui permet de passer du bon temps. « Certes, je ne vais pas jusqu’à tourner en dérision une personne malade ou souffrante, mais je suis capable de tourner en ridicule certaines personnes. Le rire est quelque chose de positif et il nous permet de voir les choses du bon côté. Je ne rate donc aucune occasion pour plaisanter même si cela implique que je me paye la tronche des autres. Toutefois, je ne vais pas jusqu’à agir méchamment. Je sais qu’il faut se mettre des limites et qu’il ne faut pas rire des malheurs des autres. Lorsque je suis avec des personnes coincées, je me sens vraiment mal dans ma peau. J’adore avoir affaire à des êtres qui ont le sens de


l’humour. Cela rend l’ambiance beaucoup plus agréable », dit-elle.


 


* Oussama, élève, 17 ans, ne se met aucune limite en matière de plaisanterie. Le jeune homme est capable de commettre toutes les bêtises possibles pour se payer du bon temps. « Ce n’est pas mon problème si mon vis-à-vis se montre susceptible et qu’il n’accepte pas les plaisanteries ! Je pense que le rire et l’humour sont des plats à consommer sans aucune modération. Certains, parce qu’ils ont un certain complexe d’infériorité, n’acceptent pas  l’humour. Ils pensent que les


autres font exprès pour les ridiculiser or ce qu’on a à l’esprit, c’est de plaisanter sainement. Personne n’a l’intention de faire du mal ou de blesser les autres, c’est juste pour rire. Ce n’est pas méchant et puis même si une personne a une tare, un tic ou un  défaut, elle doit s’accepter telle qu’elle est et apprendre à en rire ! Si quelqu’un continue à  considérer cela comme un handicap, il va se corrompre la vie et il finira par devenir complexé et introverti. Il doit vivre avec cette différence tout en prenant les choses à la légère. Ce n’est pas parce qu’on est obèse, très petit ou qu’on bégaie que l’on va s’isoler des autres et qu’on va prendre en mal toutes les agaceries des autres. D’ailleurs, je pense qu’à force de taquiner quelqu’un, il finira par ne plus se sentir gêné par cette chose qui lui cause des complexes », dit-il.


 


* Maroua, élève, 19 ans, pense aussi que l’humour ne peut pas être freiné. La jeune fille est prête à tout pour passer du bon temps. « Dans le domaine de la plaisanterie, tout est permis. Certaines plaisanteries peuvent sembler cruelles et vilaines mais cela n’a rien de vraiment méchant. On ne cherche qu’à passer d’agréables moments sans plus et les vis-à-vis doivent avoir une attitude sportive. Imaginons que l’on soit tous sérieux et renfermés sur nous-mêmes ou encore qu’on prenne des gants avec ceux qui sont susceptibles, cela sera lassant et l’ambiance sera difficile à digérer. A mon avis, tout est permis en matière d’humour. L’essentiel est de profiter au maximum de notre jeune âge pour avoir notre dose de plaisanterie. Un jour ou l’autre, on va se retrouver vieux ou même dans l’âge adulte et on aura plusieurs problèmes et plusieurs responsabilités et engagements qui nous empêchent de rire. Alors autant en profiter aujourd’hui, tant qu’il est encore permis de rire », dit-elle.


 


* Hamid, élève, 18 ans,  partage le même avis de Maroua. Le jeune homme pense que tout est permis pour rire. « On a absolument besoin de rire. Certaines personnes se soignent de leurs dépressions nerveuses grâce à la thérapie du rire. C’est une méthode chinoise de thérapie de groupe qui permet de retrouver le moral. Et il faut dire qu’ils dépensent de l’argent pour suivre cette thérapie. Pourquoi en arriver là ? Il vaut mieux prévenir que guérir. Je fais donc en sorte de sauter sur toutes les occasions qui me permettent de passer d’agréables moments. Certes, il y a certaines limites qu’il ne faut pas franchir surout qu’en tout excès il y a danger. Ce que je cherche, c’est avant tout de plaisanter et de donner le sourire aux autres. Je n’ai nullement l’intention de froisser la dignité des autres. Toutefois, certains n’ont vraiment pas le sens de l’humour. Ils croient à chaque fois que les autres sont en train de les provoquer ou de se moquer d’eux et cela n’est pas vrai du tout , c’est donc leur problème. Ce n’est pas parce que X est susceptible et complexé que je vais me priver de rire et de plaisanter », dit-il.


 


* Ali, élève, 16 ans, pense que la plaisanterie est à consommer avec modération. « Rire est positif certes. Mais trop c’est trop, «On ne vit pas seul dans une société ou encore dans un groupe. Nous sommes donc redevables de prendre en considération l’état d’âme des autres, leurs problèmes et leur aptitude à accepter ou non une plaisanterie. En dehors de ces considérations humaines, je pense que tout est permis. Mais l’on doit toujours partir d’une saine intention de vouloir rire et vouloir faire rire les autres. Cela rend la vie moins compliquée et allège les pressions. J’aime rire et j’adore les personnes qui ont le sens de l’humour. Mais je ne m’avise jamais à rire des malheurs des autres. L’humour noir est cruel et inhumain », dit-il.


 


Abir CHEMLI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com