Vingt-cinq civils tués dans des raids en Afghanistan : Encore une bavure de l’Otan





Le Quotidien-Agences


La force de l'Otan se trouvait hier sur la sellette pour la mort, selon la police afghane, de vingt-cinq civils, dont neuf femmes et trois enfants, dans des bombardements aériens qui visaient des talibans dans le sud de l'Afghanistan.


Vingt rebelles ont aussi été tués dans les combats qui se sont produits dans la nuit de jeudi à vendredi dans le village de Kunjak, à environ 15 km au nord-est de Lashkar Gah, capitale de la province d'Helmand, a déclaré le chef de la police provinciale, Mohammad Hassan, dont le bilan était invérifiable de source indépendante.


"L'aviation a bombardé par erreur deux ou trois maisons civiles, tuant 25 personnes, parmi lesquelles neuf femmes, trois enfants âgés entre deux et six mois et le mollah du village, Abdoul Hakim", a-t-il dit.


Un porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan, John Thomas, a confirmé un "affrontement" impliquant l'aviation et ayant fait des "victimes" dans cette province, foyer de l'insurrection où sont notamment déployés des soldats britanniques.


Dans un communiqué, l'Isaf a souligné enquêter sur "la présence d'un petit nombre de civils" dans une maison où s'étaient réfugiés, selon elle, "jusqu'à 30 combattants qui ont pour la plupart été tués dans l'affrontement".


Les combats ont éclaté, selon la police, après que des talibans ont attaqué un convoi de l'Otan depuis Kunjak.


L'agence Acbar, qui chapeaute une centaine d'ONG afghanes et étrangères, a déploré les bombardements aériens alliés dans des zones résidentielles qui, le plus souvent, font des "dommages collatéraux".


Selon Acbar, les forces internationales et afghanes sont responsables de la mort de plus de 230 civils, dont 60 femmes et enfants, depuis le début de l'année en Afghanistan.


Dimanche, sept enfants ont été tués dans un raid aérien de la coalition sous commandement américain contre une école coranique soupçonnée d'abriter des combattants d'Al-Qaïda dans l'est du pays, a reconnu la coalition assurant ne pas savoir que des enfants se trouvaient à l'intérieur de la madrassa.


L'Isaf a par ailleurs admis jeudi être responsable de la mort d'un "certain nombre de civils" lors de récents combats dans l'Oruzgan (sud).


Fin avril, une cinquantaine de civils avaient été tués, selon l'ONU, lors  d'une opération des forces américaines dans l'ouest qui avaient suscité des manifestations anti-américaines.

Les ministres de la Défense des 26 pays de l'Otan s'étaient engagés la semaine dernière à Bruxelles à limiter au maximum les pertes infligées aux civils qui minent le soutien de la population afghane à leur mission.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com