Ligue Arabe des Champions : Lésé, l’A.S.M. riposte





L’éviction de l’ASM de la Ligue Arabe continue de susciter les plus lancinantes interrogations et d’interloquer même les esprits. Bien  évidemment, les responsables marsois n’ont pas trop atermoyé pour réagir énergiquement en commençant par interjeter appel.


 


Pour plus de transparence, il serait indiqué de rappeler quelques points des règlements sportifs. Il y a lieu, avant tout, d’évoquer l’article 25 qui stipule que le vainqueur de la Coupe de la Ligue, outre le pactole de 100.000 dinars, participera à la prochaine Coupe Arabe. Par ailleurs, cet article est renforcé par l’article 15 qui gère directement la Coupe de la Ligue et qui ratifie encore plus cette disposition. Quant aux textes de l’UAF, envoyés du reste à la FTF, ils sont d’une totale diaphanéité. En effet, ils précisent que les équipes participante au nombre de 2 pour les six premières nations arabes dont la Tunisie fait partie devraient avoir le profil suivant:


La première s’apparente à l’une des équipes classées de 1 à 4 à l’issue du Championnat ou le vainqueur de la Coupe de Tunisie ou le finaliste; la deuxième est choisie par la FTF qui a jeté son dévolu sur le vainqueur de la Coupe de la Ligue, choix érigé en règlement comme démontré plus haut (articles 25 et 15). D’ailleurs, cette option a été appréciée à sa juste valeur, dans l’optique de valorisation de cette Coupe de la Ligue, qui s'identifie à un titre  national officiel, le troisième après le Championnat et la Coupe de Tunisie. D’ailleurs, dans un récent passé, le ST et le CSS ont eu leur sésame de participation à la Coupe Arabe, par le biais de la Coupe de la Ligue.


 


Quand Assaâd crochète Ben Amor


Pourtant, et à quelques jours seulement de la finale de la Coupe de la Ligue, entre l’ASM et le CSHL, tout était conforme à la réglementation en vigueur.


Mieux même, M. Kamel Ben Amor, premier vice-président et porte-parole de la FTF a confirmé, dans le point de presse qu’il a tenu le 13 juin, la participation du futur vainqueur de la Coupe de la Ligue à la prochaine Coupe Arabe des Clubs. Mais, spectaculaire et renversant revirement deux jours plus tard : un fax est envoyé aux deux finalistes, leur précisant laconiquement et sèchement que le futur vainqueur ne prendra pas part à la joute arabe et qu’il a été suppléé par le finaliste de la Coupe, le CAB. Qu’est-ce qui a motivé pareille décision ? Mystère et boule de gomme. Nouveau rebondissement : lors de la récente émission télévisée «3ème mi-temps», l’animatrice de l’émission a eu un contact téléphonique avec M. Othman Assaâd, S.G. de l’UAF, pour de plus amples précisions. Et M. Assaâd de rappeler explicitement que le choix de l’identité du deuxième représentant tunisien était du ressort de la FTF.


Autant certifier que l’instance fédérale est en totale contradiction avec elle-même. Pourquoi donc cette volte-face ? Enigme.


Ceci dit, les Marsois entendent fermement faire preuve de jusqu'au-boutisme dans cette affaire, pour défendre leurs droits.


 


Wahid SMAOUI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com