Rencontres internationales photographiques de Ghar El Melh : Le règne de la photo





Ghar El Melh, le village paisible du Nord, demeure fidèle à la vocation qu’il a forgée, il y a cinq années de cela, à force d’ouverture et de patience. C’est désormais le credo de l’art de la photo à caractère international.


 


Des journées où la photo règne: c’est bien cela le qualitatif que l’on pourrait donner à Ghar El Melh où se tiennent les 5èmes rencontres internationales photographiques de Ghar El Melh du 28 juin au 1er juillet.


Pourquoi Ghar El Melh, dites-vous !


Eh bien, c’est avant tout une manière de faire connaître aux Tunisiens la splendeur de ce site qui, apprenons-nous, doit son nom aux «trous du sel», salines naturelles des environs.


Les corsaires en firent un repère quasi inexpugnable et y édifièrent des forts. Les Andalous s’y sont installés et les Beys plus tard y ont trouvé un endroit de prédilection. Aujourd’hui, l’art de la photo a élu domicile dans cette région qui accueille chaque année des photographes du monde entier.


Cette année les artistes étrangers viennent de Belgique, Turquie, Pologne, Maroc et Libye. Parmi les Tunisiens qui prendront part à cette manifestation citons Hela Lamine, Hamadi Regayeg, Hamededdine Bouali, Imed Belhassen, Jacques Pérez, Jallel Bessad, Lilia Ben Zid, Fadhel Azzouzi, Abderrazek Khechine, Aïcha Ben Mustapha, Doraïd Souissi, Fadhel Azzouzi, Marianne Catzaras, Fakhri El Ghezal et Salah Jabeur.


Des expositions nocturnes nous feront voir l’art de la photo tel qu’il a été conçu et réalisé par ces artistes. La manifestation comporte un programme dense d’animation et de rencontres. Parmi les axes principaux de ce programme, citons l’hommage qui sera rendu à des artistes photographes disparus, il y a peu. Ainsi étant, on aura droit à une projection rétrospective de l’œuvre du Grec Panos Vardakas décédé en 2006 à l’âge de trente ans. Nos mémoires seront ravivées quant au parcours des Tunisiens Mouldi Chaïrat et Mustapha Bouchoucha.


Au menu de cette saison aussi des ateliers pour enfants et adultes et une rencontre-débat animée par l’historien Michel Megnin suite à la projection du film documentaire «Lenhert, l’incompris». La manifestation se clôtura avec une soirée que donnera la troupe Khemaïes Ternène de Bizerte, du côté de la plage Sidi El Mekki.


Rappelons ainsi que ces journées consacrées à la photographie se tiendront dans les deux forts ottomans de la région. C’est donc l’occasion rêvée des touristes tunisiens et étrangers de se ressourcer dans la beauté de ce site  et de se familiariser avec l’art de la photo.


 

Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com