Pari sur le savoir…





La Journée du savoir, célébrée aujourd’hui en Tunisie, est devenue au fil des années une tradition bien ancrée pour honorer les membres du corps éducatif, ainsi que les élèves et les étudiants lauréats des examens de fin d’année scolaire et universitaire. C’est aussi une occasion renouvelée pour rappeler toute l’importance qu’accorde notre pays à la culture du savoir et de la connaissance qui constituent, à bien des égards, la condition sine qua non pour la réalisation du progrès. Il faut dire que la Tunisie, qui a depuis longtemps misé sur ses ressources humaines pour relever les défis du développement, n’a pas lésiné sur les moyens et l’effort pour promouvoir son système éducatif. La diffusion du savoir sur la plus large échelle au profit de toutes les régions du pays constitue d’ailleurs une composante essentielle des multiples réformes engagées, ces dernières années, dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. L’intérêt que porte l’Etat à ce secteur stratégique se mesure à l’aune des réalisations considérables accomplies tout au long de la dernière décennie. La création d’un nombre important de nouveaux établissements universitaires particulièrement dans les régions de l’intérieur du pays, de pôles technologiques, centres de recherches scientifiques et la mise en place de nouvelles filières universitaires, confirme de manière éloquente ce constat.Cette dynamique de bon aloi se vérifie également  à travers l’introduction du système des diplômes universitaires LMD (Licence, Master, Doctorat) en harmonie avec les normes et les standards internationaux et l’instauration de l’université virtuelle.


Par ces temps de révolution technologique tous azimuts où règne l’intelligence, la Tunisie qui s’est investie pleinement et sans réserve dans la promotion des secteurs de l’enseignement, de la formation et de la recherche, joue en fait une carte gagnante à plus d’un titre. La consolidation du système éducatif, dans le cadre d’une approche  prospective cohérente, est sans doute un gage de succès à permettre l’instauration envisagée de l’économie du savoir. Notre pays, qui ne dispose pas de ressources énergétiques, ne peut compter en fait que sur ses ressources humaines pour concrétiser ses objectifs de développement et donner corps à ses aspirations légitimes vers un avenir meilleur. En cela, la Journée du savoir est également une occasion pour rappeler à tous les intervenants l’importance des enjeux de la prochaine étape.


Des enjeux déterminants qui interpellent en fait tous les Tunisiens et qui constituent autant de challenges qui restent malgré tout à notre portée. En pariant sur le savoir, la Tunisie effectue de toute évidence un pas décisif et se place sur bonne orbite pour concrétiser ses ambitions légitimes de jouer dans la cour des grands.


 


Chokri BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com