Exposition : Eclats des signes et des paysages





Khaled Lasram est un passionné des signes, des compositions et des paysages. Il invite à découvrir ces techniques à travers une exposition qu’abrite actuellement le Diwan


Dar El Jeld et qui s’intitule «Eclats des signes».


 


L’exposition de Khaled Lasram a la particularité de proposer des œuvres où on trouve un mariage réussi entre des techniques des plus rares. Cet artiste a en effet travaillé sur une combinaison de différents éléments dans une bonne vingtaine d’œuvres. Il a effectué des constructions qu’il a tenté d’agencer entre elles avec une certaine ingéniosité et une démarche picturale qui lui sont spécifiques. Tantôt, ce sont les lumières de la Médina qui sont immortalisées dans ses toiles de petit format, tantôt il a mis en exergue, à travers ses tableaux de grand format, des configurations désertiques qui donnent au visiteur l’envie de découvrir cette vaste étendue. Ce n’est d’ailleurs pas la seule agréable facette des œuvres de Khaled Lasram. En les contemplant de très près, d’autres formes se révèlent, comme si l’artiste voulait inviter les fans de la peinture à visiter les mystères du désert. Ce mystère, il a tenté de le faire décrypter à travers des œuvres comme «Personnage dans une palmeraie», «Paysage», «Terre en friche», entre autres.  Mais le peintre tunisien ne s’est pas contenté uniquement de mettre en valeur les paysages désertiques, il a consacré certains de ses tableaux à d’autres thèmes éloquents et percutants et qui font l’objet de sources d’inspiration chez de nombreux peintres impressionnistes. «Oiseau de feu», «Formes pliées», «Vue linéaire», «Méditerranée», «Margum I et II» sont autant de sujets abordés par Khaled Lasram dans une douzaine d’autres œuvres qui témoignent de la diversité et de la mixité de sa démarche. Et ce n’est pas tout.  Des œuvres ont été également consacrées aux impressions tunisiennes, dans leur particularité comme dans leur diversité. S’agissant des techniques, l’artiste privilégie, en plus de l’impressionnisme, l’acrylique en plus des pastels. Mais dans le choix des couleurs, il n’entend pas donner une priorité à telle ou telle couleur. Il a combiné, la plupart du temps, des couleurs chaudes et froides. C’est d’ailleurs cette façon de procéder qui fait la particularité de sa peinture qui revêt d’autre part un caractère authentique et nostalgique à la fois.


 


Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com