Encadrement de l’enfance : De nouveaux mécanismes pour lutter contre l’exploitation des enfants et la délinquance





Le ministère des Affaires de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées a élaboré, en association avec des ONG, une nouvelle stratégie pour lutter contre la délinquance juvénile et l’exploitation économique des enfants.


 


Tunis-Le Quotidien


La lutte contre l’abandon scolaire  constitue la pierre angulaire du nouveau plan d’action visant à contrecarrer les phénomènes de la délinquance juvénile et de l'exploitation des enfants, a-t-on appris auprès du ministère des Affaires de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées.


Le ministère procède actuellement au recensement des élèves victimes d’abandon scolaire au niveau d’une centaine d’écoles primaires situées dans des zones «défavorisées».


Ce recensement vise à diagnostiquer les causes du phénomène, à intervenir auprès des établissements éducatifs et des parents pour assurer la «réinsertion» des élèves et à empêcher l’exploitation des enfants ayant interrompu leurs études.


Les pouvoirs publics agissent également en amont à travers des conventions signées  avec onze associations et organisations non-gouvernementales pour consolider l’encadrement de la petite enfance et ce, en créant au cours des trois prochaines années 24 jardins d’enfants au niveau de huit gouvernorats prioritaires dont Siliana, Jendouba et Sidi Bouzid.


 


Lutte contre le travail avant l’âge légal


D'autre part, la stratégie prévoit l’intensification de la lutte contre le travail avant l’âge légal, en l’occurrence 16 ans, et l’exploitation des enfants dans la mendicité en collaboration  avec les services du ministère de l’Intérieur et les délégués à la protection de l’enfance.


Selon le dernier rapport établi par les délégués à la protection de l’enfance, le nombre des cas se rapportant à l’enfance menacée a été de 6767 en 2005 contre 5089 cas en 2003.


La majorité des cas répertoriés correspond à l’abandon des enfants par les parents (1024), à des enfants sans soutien familial (533) et à l’exploitation dans la mendicité (63 cas).


Plus de 5100 enfants menacés ont été pris en charge par les délégués à la protection de l’enfance.


 


La délinquance juvénile en hausse


En ce qui concerne la délinquance juvénile, les statistiques du ministère de la Justice et des droits de l’homme font ressortir  que ce phénomène est en hausse.


Les tribunaux de première instance ont examiné 14041 affaires de délinquance juvénile au cours de l'année judiciaire 2004-2005 contre13682 affaires  durant l’année 2003-2004.


Des statistiques rendues publiques par le ministère de l’Education nationale révèlent que plus de 3600 cas de violence ont été enregistrés dans les établissements éducatifs primaires et secondaires en 2006.


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com