Syrie : La prochaine guerre avec Israël sera balistique





Les Syriens tireraient-ils des leçons de la seconde guerre du Liban


 et de la stratégie gagnante appliquée par le Hezbollah face à l’armée israélienne ?


On pourrait le penser, à lire l’interview d’un membre haut placé du ministère syrien de la Défense, publiées  par l’hebdomadaire spécialisé Defense News Weekly.


 


Le Quotidien-Agences


Selon les confidences de cet officiel syrien, Damas préférerait éviter une confrontation directe classique avec Israël. La Syrie privilégierait à la place une stratégie alliant tirs de roquettes Katioucha et de missiles balistiques visant à détruire les infrastructures civiles d’Israël. « Cela ne sera pas une guerre limitée, mais une guerre d’usure, dans laquelle les Israéliens sont moins performants», confie le stratège syrien interviewé. « La prochaine guerre ressemblera plus à une guerre entre villes qu’à une guerre sur un champs de bataille.» Le front ne verrait plus d'affrontements massifs entre divisions blindées et fantassins ennemis, mais plutot des escarmouches et des combats de type 'guérilla'.


A en croire l’analyse d’un spécialiste du monde arabe, le professeur Guy Bechor, les Syriens auraient compris qu’ils n’ont pas besoin d’une supériorité numérique au sol pour défaire Israël, mais seulement quelques missiles de longue portée tirés avec précision sur les centres urbains névralgiques. Depuis deux ans environ, la Syrie s’est lancée dans une vaste opération de renflouement de son arsenal de missiles de ce type auprès de la Russie. Cette opération a été rendue possible malgré une économie exsangue grâce à l’effacement partiel, en 2005, d’une dette de 11 milliards de dollars à la Russie, et le paiement d’une bonne partie du reliquat de cette dette par l’Iran.


La contre-performance de l’armée israéliene, l’été dernier, n’a fait que renforcer les velléités syriennes à s’équiper de missiles anti-aériens, anti-tanks et d’autres à longue portée. L’armée syrienne compte 650 000 combattants, y compris 354 000 réservistes. Cependant, selon le Defense News Weekly, les chars syriens seraient de vieux modèles soviétiques, et l’armée de l’air de la Syrie devrait être de qualité bien inférieure à celle d’Israël.

Par ailleurs, le quotidien londonien de langue arabe Al Shark Al Awsat a publié un article dans lequel on apprend que l’Iran aurait promis secrètement à la Syrie un prêt d’un milliard de dollars pour l’acquisition d’armes sophistiquées et le développement de programmes de recherche sur l’armement chimique, en échange d’un engagement syrien à ne pas entamer de pourparlers de paix avec Israël. Le même journal évoque également la volonté des Russes de vendre à Damas leur redoutable missile Iskander, d’une capacité de 280 kilomètres et doté d’un système de téléguidage GPS. De quoi pouvoir atteindre n’importe quelle cible en Israël…


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com