Etudes universitaires à l’étranger : L’Europe nous ouvre ses portes, mais à quel prix?





Promouvoir les études universitaires à l’étranger et en particulier en Europe, tel est le sujet d’une rencontre avec la presse organisée par l’intermédiaire de GLOBAL Service et les représentants de plusieurs universités européennes en présence de parents d’étudiants et d’académiciens tunisiens. A première vue, les opportunités existent, mais à quel prix..?


 


Tunis - Le Quotidien


Il faut dire que les organisateurs de cette rencontre n’ont pas lésiné sur les moyens pour nous offrir un cadre agréable destiné à abriter un débat d’une extrême importance qui a un rapport direct avec l’avenir de nos enfants, ceux-là mêmes qui ont décroché le bac cette année ou les autres qui n’ont pas été satisfaits par les choix d’orientation proposés par nos universités nationales.


Presque toutes les universités de l’Europe, dite jadis, de l’Est étaient présentes, en plus de l’Allemagne.


Des stands ont été même dressés et l’on pouvait ainsi facilement accéder à l’information concernant telle ou telle fac.


Des petites brochures et des CD contenant tout ce que dont vous avez besoin en tant que renseignements, sont offerts au public. Ce même public, composé essentiellement de parents surtout des mères, d’étudiants et d’académiciens tunisiens, avait ensuite le droit à une série d’entretiens avec les représentants des différentes universités présentes lors de cette rencontre.


Les questions ont porté bien évidemment sur le coût des études. Et là la  Pologne et l’Ukraine nous ont paru les moins chères tant au niveau des frais de scolarité qu’au niveau de l’hébergement.


L’un de nos confrères a posé une question plutôt pertinente concernant l’intégration de nos étudiants dans les différentes sociétés des pays d’accueil.


Les représentantes des universités (des docteurs en sociologie) de l’Ukraine, de la Bulgarie et de la Pologne ont présenté tout un programme social et culturel qui vise à aider les étudiants étrangers à bien s’intégrer. Des clubs d’échanges culturels ont été constitués afin de promouvoir la culture locale auprès des étudiants étrangers.


La sécurité était également évoquée et tous les représentants de ces universités étaient unanimes quant à la stabilité du climat, social dans ces pays. On a mis également l’accent sur les hautes qualités morales et civiques de l’étudiant tunisien qui réussit à s’adapter facilement à n’importe quel environnement.


Mais la problématique la plus importante était incontestablement l’équivalence et là les réponses ont toutes versé dans une même rivière. Les diplômes délivrés par les universités européennes sont reconnus en Tunisie.


Or nous savons que bon nombre de nos étudiants ont eu de difficultés à obtenir l’équivalence de leurs diplômes décrochés en Europe. Plusieurs d’entre eux ont été même obligés de suivre des cycles de formation en Tunisie en particulier en médecine dentaire, avant de s’engager dans la vie active. Et c’est là, peut-être, le prix à payer en plus de l’éloignement.


 


H.M. 




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com