Festival international de Carthage : Tout feu, tout flamenco !





Belle allégorie, captant les voix d’Amour brûlées, les frémissements des corps frêles, vibrant au rythme du flamenco. C’était bien cela le «Ballet Flamenco d’Andalousia» donné vendredi dernier au Festival international de Carthage.


 


L’échappée belle était dans «Voyage au Sud», titre du spectacle donné par le Ballet national de la ville d’Andalousie. L’évasion artistique donnait à songer aux troubadours d’antan récitant les plus belles élégies comme on les aime bien ciselées ; à une Andalousie convoitée à travers les temps car enclavée dans ses charmes qui surabondent. Bien plus qu’un spectacle de danse du folklore espagnol le ballet invité ce soir-là était aussi une manière qui valait l’exaltation des sens et l’invitation à entrer en transe et les danseurs et chanteurs... là où la femme, objet de désir, se retrouve plus que jamais libre, âpre voire désinvolte!


Allégrement, vivement les corps des danseurs qui s’assemblaient, se repoussaient tout autant, notamment dans la première partie du spectacle.


Le deuxième temps était annoncé par la sortie sur scène de la grande Cristina Hoyos. Le moelleux des mouvements languissants exprimait, par moments, la venue des temps intempestifs et irréversibles de la séparation. Le même amour qui étanchait la soif de ceux qui en gouttaient, vient les assaillir, les consumer dans les affres de la solitude. Le thème de «la joie» qui résumait la première partie du spectacle a cédé la place à la «Tragédie» qui se termine en apothéose dans la troisième partie titrée «Passion».


Passionnants et passionnés, les danseurs virevoltaient et frétillaient au rythme d’un flamenco vif et torride suivant à la «nore près» les airs de la voix féminine, tour à tour espiègle et enfiévrée. Il ne faut pas vraiment être un fin connaisseur de la langue espagnole pour entrer en transe avec la musique flamenco ou pour appréhender les subtilités de cette histoire d’amour / séparation. Thème qui revient comme un leitmotiv dans tous les spectacles flamenco mais exprimé à chaque fois différemment.


Le ballet flamenco de Cristina Hoyos «Voyage au Sud» était un beau voyage au pays des mille et une saveurs artistiques. Voyage imagé et rêvé, peuplé par de belles nymphettes aux frimousses enjolivées par des costumes aux couleurs qui éclatent... digne d’un tableau de Grand Maître.


 


Mona BEN GAMRA


______________________


 


Fiche artistique


Le Ballet flamenco de Cristina Hoyos nous vient de Séville. Cristina Hoyos, grande danseuse de flamenco de renommée internationale, a monté sa propre compagnie en 1985. Tous ses spectacles personnels qu’elle a entamés depuis 1974 ont connu un franc succès en Espagne et à travers le monde. La troupe qu’elle conduit actuellement est le ballet officiel de la communauté autonome de l’Andalousie, qui bénéficie du précieux apport de «Ramon Oller», lauréat du Prix National de danse en 1994. Il créa deux spectacles d’une très haute facture artistique «Yerma» qui a été choisi pour l’ouverture des Jeux Méditerranéens d’Almeria en 2005 et «Voyage au Sud» qui a fait et continue à faire le tour des plus grandes villes du monde telles que New York, Londres, Pékin, etc.


 


M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com