Vie des partis et des organisations





PSL : les «exclus» appellent à la tenue d’un congrès démocratique


Certain membres du Bureau politique du Parti Social Libéral (PSL) issu du congrès d’avril 2005 ont appelé dans un communiqué distribué en marge du 2ème congrès du Mouvement Ettajdid, qui s’est tenu le week-end dernier, à la tenue d’un congrès «démocratique et ouvert à tous les libéraux».


Ces membres menés par Mohamed Boukhir dénoncent un «hold-up» de la part de l'actuelle direction du parti issue du congrès extraordinaire de juillet 2006, rappelant   qu’ils n’avaient pas été invités à participer aux travaux  de ce congrès.


 


Elections, dimanche, du nouveau S.G et du B.P. d’Ettajdid


Les membres du Mouvement  Ettajdid et les personnalités «indépendantes» élus dimanche dernier dans le Conseil central du parti auront à élire dimanche prochain un nouveau secrétaire général et un Bureau politique de douze membres.


Le 2ème congrès de cette formation d’opposition construite en 1993 sur les cendres du Parti Communiste Tunisien (PCT) auquel participaient plusieurs dizaines  de «militants indépendants» issus de la gauche tunisienne s'était achevé dimanche sans élire un secrétaire général, le chef d’Ettajdid Mohamed Harmel ayant exprimé le souhait de consacrer l’alternance, ni un Bureau politique.


Des divergences profondes sur les références idéologiques du parti et la composition des instances dirigeantes avaient émaillé les travaux du congrès et conduit au retrait de certains indépendants dont l’avocat Abdelaziz Mzoughi.


 


Démissions au PDP


Deux membres du Bureau politique du Parti Démocratique Progressiste (PDP) ont annoncé récemment leur démission de toutes les structures dirigeantes du parti.


Mohamed Goumani et Fethi Touzri avaient publié récemment un communiqué  dans lequel ils réclament un «dialogue édifiant» avec le pouvoir et rejettent «la politique de confrontation et de la surenchère gratuite».


 


Vers une reprise du dialogue au sein des instances de la LTDH


Le dialogue interne entre le Comité directeur de la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH) et des présidents de sections «dissoutes», pourraient reprendre prochainement en vue de trouver une solution à la crise que traverse la doyenne des organisations de défense des droits humains  en Afrique.


Les rencontres entre le président de la Ligue, Mokhtar Trifi et le président du haut comité pour les droits et les libertés, Moncer Rouissi, s’étaient multipliées ces derniers mois en vue de relancer le débat entre les principaux protagonistes de la crise.


 


W.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com