Faire vite pour sauver le Darfour





Après des semaines de tractations, le Conseil de sécurité a enfin réussi à adopter une résolution (1769) qui prévoit le déploiement d'une force de l'ONU et de l'Union Africaine au Darfour.


Un soulagement pour toute la communauté internationale tant cette résolution s’est fait attendre au moment où la région connaît l’une des plus graves crises humanitaires connue jusqu’à ce jour.


Considérée comme étant le couronnement d’une collaboration ONU-UA, cette nouvelle force, l'Unamid, doit toutefois relever un certain nombre de défis.


Plusieurs pays membres de l'Union Africaine ont promis hier à Addis Abeba de fournir des troupes supplémentaires à cette future force. Mais jusque là il n’y a que des promesses alors qu’il y a urgence.


Ceci est d’autant plus vrai que la résolution 1769 prévoit le déploiement de plus de 26.000 soldats et policiers et dont seulement sept mille sont aujourd’hui sur le terrain.


Un chiffre qui paraît difficile à atteindre, surtout que plusieurs pays occidentaux n’ont jusqu’à ce jour montré aucune volonté réelle d’y participer d’une manière conséquente.


Autant dire que l’échéance donnée par l’ONU,


à savoir le déploiement total de cette force d’ici un an, semble être irréalisable sauf, bien sûr, s’il y a d’ici là une implication plus significative des Occidentaux, notamment en ce qui concerne le financement de cette force.


On sait, en effet, que la force africaine qui se trouve actuellement au Darfour a été un échec total et ce principalement à cause du manque cruel de financements européens et américains, promis mais jamais honorés, du moins pas dans sa totalité.


Il est donc impératif que cette prise de conscience mondiale du drame du Darfour soit concrétisée sur le terrain et cela le plus rapidement possible.


Les dizaines de milliers de déplacés vivent aujourd’hui une situation humanitaire catastrophique et d’ici un an des milliers mourront alors que d’autres palabrent encore pour savoir qui dépêchera le moins de soldats possible.


Déjà que les 26 mille hommes espérés sont insuffisants pour couvrir toute cette vaste région de l’Ouest du Soudan


 


M.A.B.R.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com